La FEB propose qu’une "éminence grise" extérieure à la politique se charge de former le gouvernement

Si Bart De Wever et Paul Magnette, les présidents de la N-VA et du PS, ne parviennent pas à poursuivre les négociations en vue de former un nouveau gouvernement fédéral, c’est à une éminence grise de le faire. "Un homme ou une femme qui sera extérieur à la politique, qui n'a plus d'ambition et ne constitue une menace pour personne". C'est ce que propose l'organisation patronale FEB-VBO dans le journal du dimanche "De Zondag".

Si cela dépendait de Pieter Timmermans, administrateur délégué de la Fédération des entreprises de Belgique FEB-VBO, le PS et la N-VA devraient continuer à négocier la formation d’un gouvernement. "Ce n’est pas impossible", pense-t-il. "Car dans toute négociation, il y a un moment de crise. Ensuite, il est important de dédramatiser après la crise".

"C'est possible", estime Pieter Timmermans. "De Wever et Magnette doivent maintenant faire des suggestions aux autres partis pour relancer les discussions.
Mais si cela ne fonctionne pas ? Alors il faudra chercher en dehors du monde politique. Timmermans propose qu'une éminence grise - il ne veut citer aucun nom - prenne le relais et formule des propositions de fond, en concertation avec les partis, mais aussi avec la Banque nationale, le Bureau du plan, les employeurs et les syndicats.

"Quelqu'un qui n'a plus d'ambition politique, qui puisse offrir une image de la situation économique, socio-économique, numérique et climatique aux partenaires potentiels de la coalition. C'est ce dont nous avons maintenant besoin à court terme. Ensuite, si nécessaire, une coalition pourra être formée autour de lui. Les partis qui veulent participer doivent alors l’accepter, et les autres peuvent refuser"

Retourner voter ?

C'est le scénario que Pieter Timmermans veut absolument éviter, car en période de graves problèmes économiques, il n'y a tout simplement pas de temps pour cela.

"Après les élections, nous aurons à nouveau les mêmes problèmes, et peut-être même pire. De plus, en pleine crise du coronavirus, organiser une campagne qui durera des semaines, voire des mois, avec peut-être une deuxième ou une troisième vague... Si vous voulez organiser le chaos, c'est ce que vous devez faire".
 

Les plus consultés