Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

La bulle sociale de 5 prolongée pour un mois, assouplissements pour les évènements et le shopping

Le Conseil National de Sécurité (CNS), réuni ce jeudi matin, a maintenu les restrictions aux rapports sociaux - notamment la bulle de cinq contacts étroits par foyer jusqu’à fin septembre -, les assouplissements décidés restant peu nombreux. "Il n’y a pas de retour à la normalité", a souligné la Première ministre Sophie Wilmès (photo) qui présentait les décisions du CNS. On retiendra avant tout la possibilité de faire des courses à deux maximum au lieu de devoir y aller seul, et le doublement du nombre de spectateurs autorisés pour les événements culturels et sportifs. Etant donné la durée de la pandémie, les différentes autorités du pays veulent toutefois sortir du court terme et ont demandé aux experts de plancher sur des règles applicables à long terme.

Fin juillet, face au regain de l'épidémie en Belgique, le CNS a restreint à 5 personnes la "bulle sociale" de chaque ménage. La règle a suscité la controverse et son respect est loin d'être généralisé, a constaté Sophie Wilmès. Aux yeux des autorités, il est toutefois prématuré de relâcher les efforts, bien que la situation sanitaire soit à nouveau meilleure. La règle est donc maintenue.

La Première ministre a toutefois veillé à bien en rappeler la portée: chacun peut revoir ses proches sans dépasser le nombre de 10 personnes en même temps, tout en conservant les distances de sécurité dès lors qu'il ne s'agit pas de gens de sa bulle ou de son foyer. La bulle sociale, elle, comprend cinq personnes avec qui un foyer est en contact et avec qui les distances de sécurité ne doivent pas être respectées. En d’autres termes, ce sont les personnes que l’on peut serrer dans ses bras.

"Notre situation sanitaire n'est ni insignifiante, ni dramatique", a fait remarquer la Première ministre. Le taux de reproduction du virus s'établit à 0,9, le nombre d'hospitalisations à 330, loin des 6.000 du mois d'avril. Le nombre de cas d'infection par 100.000 habitants s'établit à 70 sur 14 jours et, par 100 tests un peu plus de 3 cas positifs sont détectés.

Les différents gouvernements voulaient absolument permettre à la rentrée scolaire d'avoir lieu. "L’objectif était d’immuniser la rentrée scolaire, et elle aura lieu à tous les niveaux. C’est important", précisait Wilmès.

Ce sera une rentrée en code jaune, cinq jours par semaine, sauf pour les deux derniers niveaux secondaires si la situation sanitaire le nécessite dans certains communes. Avec le port du masque pour les élèves dès 12 ans et pour les enseignants. Les sorties scolaires seront limitées.

Assouplissements : shopping et spectateurs

Quelques assouplissements sont annoncés, notamment pour les cérémonies funéraires. Les experts considèrent en effet qu’il est important que les familles puissent prendre congé de leurs défunts. L'assistance pourra atteindre 50 personnes, en respectant les règles en vigueur dans l'Horeca. Le but est aussi d’assouplir prochainement les règles pour les mariages.

Le secteur de la vente au détail ayant annoncé que les soldes du mois d’août ont été très maigres jusqu’à présent et estimant que cette situation est notamment due à l’obligation de faire des courses seul et pendant une demi-heure maximum, un assouplissement a été consenti. Dès lundi 24 août, le shopping pourra se faire à deux maximum, sans limite de temps. Toujours en portant un masque. Individuellement, les magasins pourront néanmoins décider de limiter à une seule personne.

Pour les spectacles, rencontres sportives, manifestations religieuses ou autres événements, l'assistance pourra être doublée et atteindre 200 personnes à l'intérieur et 400 personnes à l'extérieur, moyennant le respect des règles de sécurité (masque et distanciation notamment). Le secteur culturel reste donc sur sa faim, lui qui avait demandé de pouvoir accueillir un nombre de spectateurs qui soit proportionné à la grandeur du lieu.

A partir du 1er septembre, les bourgmestres et les ministres concernés pourront néanmoins décider d’ouvrir des salles ou événements à un public plus large, précisait la Première ministre.

Retrouvailles pour les amoureux non mariés séparés par les frontières

Les couples non mariés séparés par les frontières en raison des restrictions de déplacement dues au coronavirus pourront se retrouver à partir du 1er septembre prochain, moyennant le respect des règles de test et de quarantaine, après avoir prouvé leur "relation durable", a aussi indiqué Sophie Wilmès.

Une possibilité de regroupement existait déjà pour les couples mariés. Les personnes qui n'ont pas de lien juridique, mais peuvent prouver qu'elles entretiennent une relation amoureuse durable, pourront elles aussi passer la frontière belge à partir du 1er septembre pour se retrouver. Pour déterminer le caractère stable et durable d'une relation, Sophie Wilmès a renvoyé à la définition légale.

D'après le Centre fédéral Migration (Myria), celle-ci prévoit d'apporter les preuves suivantes: soit avoir habité ensemble de manière légale et ininterrompue en Belgique ou à l'étranger pendant au moins un an avant la demande de regroupement, soit se connaître depuis au moins deux ans et fournir deux preuves que les partenaires ont entretenu des contacts réguliers par téléphone, par courrier ordinaire ou électronique (emails, photos, etc.) et que les partenaires se sont rencontrés au moins trois fois durant les deux années précédant la demande de regroupement et que ces rencontres ont duré au moins 45 jours (billets d'avion, etc.), soit encore avoir un enfant en commun.

Aller vers des mesures durables

"Malgré ces assouplissements, nous savons que ce type de restrictions est difficilement tenable à long terme. Nous devons sortir de la gestion de crise pour nous engager fermement dans une dynamique de gestion des risques à long terme", a expliqué Sophie Wilmès.

Le Comité d'évaluation fédéral (Celeval) a été chargé de se pencher, avec l'aide de spécialistes - dont des psychologues - sur la façon de "réinventer de manière pérenne" la façon d'entretenir des relations sociales. Il s'agit d'"une priorité", a souligné la Première ministre.

Suivez ici la conférence de presse de la Première ministre, donnée alternativement en français et en néerlandais.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés