Les entrepreneurs flamands réclament un gouvernement fédéral fort

La relance économique post-coronavirus sera plus lente que prévu, estime l'organisation patronale flamande Voka. Elle réclame un gouvernement fédéral fondé sur une majorité solide, afin de prendre les mesures nécessaires. Une enquête menée par le Voka révèle d’autre part que plus de 70% des entreprises en Flandre enregistrent encore toujours des pertes de revenu à cause de la crise sanitaire.

Les entreprises craignent de ne pas atteindre l'an prochain 90% du chiffre d'affaires qu'elles réalisaient avant la crise, si l’on en croit l’enquête du Réseau flamand d'entreprises (Voka) menée auprès de 1.100 sociétés du nord du pays. Alors qu'il évalue la chute du produit intérieur brut belge à 8,5% au premier semestre 2020, le Voka souligne que plus de sept entreprises sur 10 connaissent encore actuellement des pertes de chiffre d'affaires en raison du coronavirus.

Le chiffre d'affaires moyen se situe encore à 14% en dessous du niveau d’avant la crise, un taux qui descend jusqu'à -30% pour les plus petites entreprises. Dans le secteur privé, pas moins de 130.000 emplois seraient sur la sellette, soit 5% du total, et ce sans compter les faillites d'indépendants.

L'organisation patronale flamande en appelle aux autorités fédérales. "Nous avons un besoin urgent d'un gouvernement qui puisse compter sur une majorité solide pour prendre les mesures de relance nécessaires", affirme Hans Maertens (photo), administrateur délégué du Voka.

"Formez rapidement un gouvernement fédéral fort, qui non seulement prenne rapidement des mesures de relance à court terme, mais mène aussi les réformes nécessaires à moyen terme", ajoute Maertens. Il plaide pour davantage d'investissements - tant publics que privés -, davantage de flexibilité au travail et l'extension du chômage temporaire.

Les plus consultés