Grandir dans une ville plus verte rendrait plus intelligent

Une étude menée par l'Université de Hasselt et l'Université de Gand, financée par le Fonds Marguerite-Marie Delacroix, révèle qu’habiter dans un quartier plus vert d’une ville stimule l’intelligence des enfants et réduit leurs problèmes comportementaux.

L'étude a examiné l'impact d'un cadre de vie vert sur l'intelligence et le comportement. Afin de mieux repérer les facteurs liés à l'environnement, les chercheurs ont analysé des mesures de quotient intellectuel, ou QI, de plus de 600 jumeaux originaires de Flandre orientale et âgés de 8 à 15 ans.

"Dans le cas des enfants des villes, davantage de verdure autour de la maison peut être associé à un QI plus élevé", affirment les chercheurs des deux universités. "Plus précisément, 3,3% d'espaces verts supplémentaires dans un rayon de 3 km autour du domicile engendrerait une augmentation de 2,6 points de QI."

La recherche montre également que vivre dans un quartier plus vert est corrélé à une réduction de problèmes de comportement, comme des soucis de concentration ou d'agressivité. "La première cause pourrait en être une pollution de l’air moins importante. Mais il se pourrait aussi que la présence proche d’un parc permette aux enfants de moins souffrir de la chaleur. Un environnement vert permet aussi une activité physique supérieure et réduirait le niveau de stress des habitants", indique Esmée Bijnens (photo, à dr.), chercheuse aux universités de Hasselt et Gand.

Les chercheurs affirment que le milieu socio-économique des participants ne fausse pas l'étude: le lien décelé existe chez les enfants de parents ayant un niveau d'éducation élevé comme faible, précise encore Esmée Bijnens.

Aalst.be

Les plus consultés