Le ministre Ben Weyts (N-VA) prend la défense de son collègue Jan Jambon dans l’affaire Chovanec

Le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts (N-VA) défend son ministre président et collègue de parti Jan Jambon : "Je pense que le ministre Jambon a parlé très sincèrement et honnêtement. Certains en profitent pour régler des comptes. Un petit jeu politique est en train de se jouer", a-t-il déclaré.

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) est sous le feu des critiques depuis mercredi, car, en tant que ministre de l'Intérieur, il aurait été au courant du décès d'un passager slovaque à la suite d'une intervention policière controversée à l'aéroport de Charleroi en 2018. Or, la semaine dernière, il avait déclaré qu'il n'avait "jamais entendu parler de cette affaire".

Le ministre-président flamand Jan Jambon a plaidé la bonne foi mercredi, quelques heures après une commission parlementaire où son nom a été abondamment cité.

"Pour autant que nous en sachions aujourd'hui, ni le ministre de l'époque ni son cabinet n'ont commis d'erreur et le dossier a été traité correctement", affirme son porte-parole dans un communiqué. Jan Jambon "maintient qu'il ne se souvient en rien du drame qui a attiré l'attention la semaine dernière via des images de caméras de surveillance. Il est apparu aujourd'hui que le dossier a été traité par son cabinet à l'époque, mais les véritables dimensions de l'incident n'ont pas été portées à son attention, ni à celle de son cabinet", selon le communiqué du porte-parole.

"Il n'y a pas eu de mauvaises intentions de sa part"

"Je pense que le ministre Jambon a parlé très sincèrement et honnêtement", a estimé Ben Weyts, qui est ministre (N-VA) dans le gouvernement flamand. "Il n'y a pas eu de mauvaises intentions de sa part. Parfois, on ne se souvient pas des choses d'il y a deux ans. Je peux aussi dire, la main sur le cœur, que je ne sais plus exactement avec qui j'ai eu une réunion et laquelle. Sans parler du fait que je ne sais plus qui tous les membres de mon cabinet ont vu il y a deux ans et demi".

Ben Weyts pense que d'autres choses sont en jeu. "Je ne peux pas me débarrasser de cette impression. Certaines personnes veulent régler des comptes. Il y a un petit jeu politique en cours, n'entrons pas dans ce jeu".

Il pointe également du doigt d'autres (anciens) ministres : "Jambon dit qu'il n'a pas parlé à l'ambassadeur slovaque en personne. Mais d'autres ministres fédéraux l'ont fait. Il n'y a jamais eu de publicité à ce sujet, on ne leur a pas demandé de rendre des comptes. Ils semblent s'en sortir. La discussion sur la formation du gouvernement fédéral joue également un rôle. J'ai toute confiance en Jan Jambon" a-t-il déclaré.

Les plus consultés