Le parc animalier de Planckendael accueille cinq nouvelles femelles bonobos

Cinq nouvelles résidentes ont rejoint le groupe de bonobos hébergés au parc animalier de Planckendael (Anvers), a annoncé le parc vendredi. Composé à présent de 18 membres, ce groupe devient d'ailleurs le deuxième plus grand d'Europe.

Huit mois après la naissance d'une petite femelle bonobo, ses congénères Djanoa, Unabii, Hortense et compagnie accueillent à présent cinq nouvelles résidentes: Nayembi (14 ans) et sa fille Nila (4 ans) venues du zoo de Francfort, Binti (25 ans) et ses petits Bina (5 ans) et Balina (9 mois) de Cologne.
Le parc de Planckendael détient également le livre généalogique international de cette espèce menacée et est le coordinateur européen du programme d'élevage de ces primates.

Nayembi est l'unique descendante encore en vie de Mobikisi, l'un des derniers bonobos à l'état sauvage. Cette lignée est particulièrement importante, alors que le parc espère que les cinq femelles arrivées à Malines donneront naissance à des petits à l'avenir.

Le groupe se compose actuellement de 12 femelles et six mâles. Chez les bonobos, ce sont les femelles qui commandent. Ces grands singes s'ébattent souvent les uns avec les autres. C'est pour eux un moyen de se saluer, de résoudre les tensions au sein du groupe, de confirmer un statut social, de montrer leur affection et de combattre le stress, notamment.

L'espèce, originaire de la rive sud du fleuve Congo, ne compte plus que 15.000 à 50.000 individus à l'état sauvage. Les bonobos sont braconnés pour leur viande ou capturés et vendus comme animaux de compagnie. Toutefois, la plus grande menace qui pèse à leur encontre est la destruction des forêts tropicales, leur habitat naturel.
 

Les plus consultés