Jozeph Chovanec est décédé à 39 ans, peu après l'intervention musclée de la police.

Des passagers témoignent : "Chovanec était très confus mais pas agressif", "la police était violente"

Des témoins qui se trouvaient à bord du même avion que le passager slovaque Jozeph Chovanec en février 2018 ont déclaré que l’homme était très confus mais pas agressif. "Il ne parvenait pas à communiquer", indique l’un d’eux. Jozeph Chovanec, 39 ans, est décédé quelques jours après une violente intervention policière à l’aéroport de Charleroi. 

"Il était assis au premier rang, ou bien il s’est probablement juste installé là. L’hôtesse est venue vers lui et lui a demandé de montrer son billet. Il ne pouvait apparemment pas le faire. Au début, il ne réagissait même pas", témoigne Roman Behùl, qui se trouvait à bord du même avion Ryanair.

Alors que Jozeph Chovanec ne semblait pas pouvoir montrer son carton d’embarquement, la police a été appelée à intervenir. La conversation à bord demeurait toutefois compliquée. "J’avais vraiment l’impression qu’il ne parvenait pas à communiquer. Il ne répondait pas. Il répétait uniquement qu’il avait droit à cette place et qu’il ne quitterait pas l’avion", explique encore le témoin. 

Jozeph Chovanec a finalement tout de même dû sortir de l’avion. "Ils l’ont embarqué. Mais il n’était pas agressif. Il n’a pas refusé de les accompagner, il n’a pas montré d’opposition", poursuit Roman Behùl. 

"J’ai eu l’impression, à ce moment, que l’intervention de la police n’était vraiment pas professionnelle. Elle était peut-être même un peu brutale. Ils devraient quand même pouvoir distinguer si quelqu’un est malade et ne peut dès lors pas parler ou montrer ses documents, ou s’il s’agit vraiment de quelqu’un qui met les autres passagers en danger", ajoute-t-il. 

(Lire la suite de l'article plus bas...)

Roman Behùl

"La police était violente et agressive"

Vojtech Eksler, également présent à bord, avait pour sa part été à deux reprises interpellé par Jozeph Chovanec avant de monter à bord. "Il n'était pas sûr de son ticket d'avion et voulait une confirmation, savoir s'il était à la bonne porte d'embarquement", indique cet autre témoin. Selon ce dernier, Chovanec ne s'est à aucun moment montré agressif. "Il était juste inquiet", précise-t-il. "Je l'ai rassuré en lui disant qu'il s'agissait bel et bien du bon vol".

D'après le témoin, le personnel de bord s'est montré assez "indifférent", et la procédure qui a été appliquée était plutôt "amateure". Pour Vojtech Eksler, la police a trop rapidement été appelée.

Le témoin indique enfin avoir eu un mauvais pressentiment. A ses yeux, "L'intervention était disproportionnée. La police était violente, agressive".

(Lire la suite de l'article plus bas...)

Vojtech Eksler

Comportement inapproprié d’ambulanciers

Alors que le décès de Jozeph Chovanec date de février 2018, les images de l’intervention policière dans une cellule de l’aéroport de Charleroi ne sont que récemment apparues. Elles montrent des agents de police violemment contenir la victime. Une des policières fait également un salut hitlérien.

Il semble toutefois que les services de secours n’ont, pour certains, également pas eu un comportement approprié. D’après l’avocate de la veuve de Jozeph Chovanec, l’un des ambulanciers aurait ainsi dit que l’homme ne méritait pas d’être réanimé, et que ce ne serait pas une grande perte s’il venait à mourir.

"Ma cliente avait déjà vu les images, qui sont sans son. Mais en lisant dans le dossier pénal que des propos blessants ont été émis, on peut s’imaginer le choque encore plus important de ma cliente", commente maître Ann Van de Steen. "Découvrir ce dédain… Le comportement de toutes ces personnes qui se trouvaient à ce moment dans la cellule, c’est abominable et inhumain", conclut-elle.

Les plus consultés