Affaire Chovanec : la N-VA maintient sa confiance envers Jambon et pointe la responsabilité de la police et du parquet

Invité ce lundi sur les ondes de Radio 1 (VRT), le chef de groupe N-VA au Parlement, Peter De Roover, estime que Jan Jambon n’a pas commis d’erreur, et évoque uniquement une "communication malheureuse". Selon lui, la responsabilité de la police et du parquet peut toutefois être remise en question. "Pourquoi le parquet n’a-t-il pas sonné l’alarme ? ", se demande le député. 

Pour Peter De Roover, il est clair que Jan Jambon ne doit pas quitter son poste de ministre-président flamand. "Ce ne serait politiquement pas responsable", estime-t-il. "Il n’y a pas eu d’erreur de sa part". Si une chose a mal tourné, il s’agit selon lui de la communication, que le chef de groupe de la N-VA décrit comme "non satisfaisante". 

A ses yeux, la responsabilité de Jan Jambon ne constitue pas le centre de l’affaire. Peter De Rover estime d’ailleurs que la discussion qui tourne autour de son collègue de parti n’est qu’un jeu politique. Selon lui, les attaques constantes envers le ministre-président flamand sont des tentatives de former un gouvernement fédéral sans la N-VA. 

Quid de la police et du parquet ?

D’après Peter De Roover, la police et le parquet auraient dû être plus réactifs, surtout après la diffusion des images de l’intervention. 

"Pourquoi le parquet n’a-t-il pas tiré la sonnette d’alarme ? Nous perdons notre énergie sur la question du fonctionnement du ministre. Mais l’essentiel est de savoir ce qui a mal tourné, et comment on peut éviter que cela se passe à nouveau à l’avenir", a-t-il encore fait savoir sur Radio 1. 

 

Les plus consultés