La veuve de Jozef Chovanec craint de ne jamais connaître la vérité sur la mort de son mari

"J'ai perdu toute confiance dans les autorités belges." C'est ce qu'a déclaré Henrieta Chovancova, la veuve de Jozef Chovanec, dans une interview en anglais, accordée à la VRT. Selon le parquet général de Mons, qui a réagi mercredi soir, "les gestes des policiers ne seraient pas la cause du décès de Jozef Chovanec".

Le vendredi 24 février 2018, peu avant minuit Henrieta Chovancova reçoit un appel téléphonique de son beau-frère. Avec sa fille, elle attendait son mari à l'aéroport de Bratislava (Slovaquie). Son beau-frère lui annonce que Joseph a été arrêté par la police de l'aéroport de Charleroi et qu'il doit passer la nuit en prison.

Le lendemain matin, elle reçoit un autre appel de son beau-frère : elle doit appeler le téléphone portable de son mari. Quand elle le fait, quelqu'un lui annonce que son mari a été hospitalisé dans un état critique.

En état de mort cérébrale

Le même jour, elle décide de partir en voiture avec sa fille pour la Belgique. Lorsqu'elles arrivent à l'hôpital, les médecins lui annoncent que son mari n'a plus d'activité cérébrale. Le lundi, la nouvelle est confirmée : il est en état de mort cérébrale et il sera bientôt débranché.

Je pense qu’il a été étouffé par la police dans la cellule

"Je suis presque sûre qu'il est mort dans la cellule", a-t-elle déclaré dans un entretien accordé à notre collègue Jan Balliauw (VRT). "Je ne pense pas qu'il soit mort d'une crise cardiaque, je pense qu'il a été étouffé par la police. La crise cardiaque n'était qu'une diversion pour garder cela secret".

Henrieta Chovancova était en état de choc quand elle a vu les images vidéo dans la cellule de la police. "Il est clair que ce sont les flics qui ont causé sa mort. Pendant des heures, ils ne se sont pas préoccupés de lui. Il a essayé de toutes sortes de manières de leur faire comprendre qu'il avait un problème, mais ils l'ont simplement ignoré". Elle ajoute encore qu'elle n’a pas supporté de voir son mari comme ça. "Je ne l’avais jamais vu comme ça avant, je ne l'avais même pas reconnu."

Appel aux médias

La veuve de Jozef Chovanec s’en prend aussi à la juge d'instruction. "Il est évident qu'elle protège quelqu'un ? Comment expliquer sinon qu'elle ait fait si peu ? Elle savait pour les images et elle n'a rien fait".

Henrieta Chovancova affirme qu'elle n'avait pas d'autre choix que d'aller voir la presse avec les images. "Il ne s'est rien passé et tout le monde se protégeait. C'était incroyablement difficile pour moi. Bien sûr, je n’avais pas envie que ces images soient diffusées dans le monde entier par toutes les chaînes de télévision. Mais si on ne vous laisse pas le choix, si vous ne pouvez rien faire d’autre, alors quoi ?"

La jeune femme a complètement perdu sa confiance dans les autorités belges. Elle a également perdu sa confiance dans le ministre de l'Intérieur de l'époque, Jan Jambon (N-VA). "Comment pouvez-vous le croire ? Un jour il dit ceci et le lendemain autre chose". Selon elle, il était bien conscient de la gravité de l'affaire.
 

"On ne découvrira jamais toute la vérité"

Elle estime que le fait que Mark De Mesmaeker, le commissaire général de la police fédérale, veuille la rencontrer n’a pas d’importance. "Je veux, avant tout, que tout cela fasse l'objet d'une enquête approfondie."

Bien qu'elle pense qu'on ne découvrira jamais toute la vérité. "Peut-être que les auteurs seront punis, je l'espère, mais ceux qui sont responsables, au-dessus d'eux ? (...) Je ne pense pas que ce soit la première fois que cela arrive. Lorsqu’on regarde leur attitude, on dirait que cela s'est déjà produit dans le passé. Sinon comment cela a-t-il pu se passer ? Ils savaient bien qu'il y avait des caméras et ils se sont dit : "De toutes façons, il ne peut rien nous arriver ?"

Ci-dessous, un extrait de l'interview d'Henrieta Chovancova, en anglais, sous-titrée en néerlandais.
 

Chargement lecteur vidéo ...

Selon le parquet général de Mons : "Les gestes des policiers ne seraient pas la cause du décès de Jozef Chovanec"

Il ne semble pas prouvé, au stade actuel de l'enquête, que les gestes posés par les policiers sont la cause directe du décès de Jozef Chovanec, ce ressortissant slovaque décédé à l'aéroport de Charleroi en 2018, réagit mercredi soir le parquet général de Mons dans un communiqué de presse.

"Il s'agit là du nœud de l'enquête", indique le parquet général de Mons. "Par leurs comportements, les policiers peuvent-ils être considérés comme pénalement responsables de la mort de la victime?", s'interroge-t-il.

De nombreuses expertises ont été ordonnées par le juge d'instruction, notamment une autopsie, une anatomopathologie ainsi que des analyses toxicologiques. "En l'état actuel des expertises, aucun élément ne démontre de signe de compression thoracique exercée par les policiers qui serait en lien avec le décès de la victime", précise le communiqué.

Le parquet s'est par ailleurs attardé sur les images de vidéosurveillance des faits, dont une copie a été enregistrée sur une clef USB et dont le contenu fut ensuite gravé sur un CD Rom. "Ce n'est pas le serveur central qui a été saisi. Cela signifie que la police a donc toujours gardé l'original des images, nonobstant la saisie opérée, et qu'elle pouvait parfaitement visionner celles-ci à tout moment, indépendamment de l'enquête judiciaire en cours, et spécialement dans le cadre de ses compétences disciplinaires", insiste-t-il.

Le parquet général de Mons précise encore que le juge d'instruction avait communiqué son dossier en janvier dernier, sans procéder à l'inculpation des policiers. "La partie civile a demandé des devoirs complémentaires auxquels il a été fait droit et c'est en mai 2020 que la partie civile a déposé un rapport d'un conseiller technique critiquant les expertises judiciaires.

Suite à ce rapport, le juge d'instruction a désigné un collège de trois experts, dont un psychiatre, pour rencontrer les arguments du conseiller technique de la partie civile," communique le parquet. L'instruction se poursuit, conclut-il.

Les plus consultés