Le Covid Infrastructure Risk Model doit aider le secteur événementiel à accueillir plus de public

En Flandre, les grandes salles, les centres de congrès et les stades pourront accueillir davantage de public dès mardi 8 septembre. Afin d'y faciliter l'organisation d'événements, les autorités régionales, en collaboration avec le secteur événementiel et les membres du GEES (groupe d’experts qui accompagnent le déconfinement), ont développé un 'Covid Infrastructure Risk Model' (CIRM). Il reprend notamment une check list pouvant être complétée par les organisateurs pour calculer les risques liés au coronavirus. C’est ce qu’ont annoncé ce samedi le ministre-président flamand Jan Jambon (Culture) et les ministres régionaux Zuhal Demir (Tourisme) et Ben Weyts (Sports).

Le 20 août dernier, le Conseil national de Sécurité (CNS) avait décidé d'autoriser à nouveau la présence de 200 spectateurs à l'intérieur des salles de spectacles et événements et de 400 en plein air. "Mais si la salle le permet, davantage de public peut être présent", ont souligné les responsables flamands.

C'est dans ce cadre qu'a été développé le 'Covid Infrastructure Risk Model' (CIRM). Après un screening positif, les organisateurs d'événements pourront demander à leur commune l'autorisation de dépasser le nombre de spectateurs prévu par le CNS.

Ce sont les bourgmestres qui accordent, ou pas, l’autorisation d’accueillir davantage de public, en concertation avec le ou les ministres compétents.

La distance de sécurité entre eux sera par ailleurs réduite de 1,5 à 1 mètre. "Si les gens sont assis et portent un masque, il apparaît que la distance d'un mètre est suffisante. Ca ne paraît pas spectaculaire, mais ça donnera l'oxygène nécessaire aux organisateurs d'événements pour relancer leurs activités de manière rentable", a estimé Zuhal Demir.

Les plus consultés