1960 AP

La justice belge rendra finalement une dent de Patrice Lumumba à sa famille

La justice est finalement prête à rendre des restes du héros de l'indépendance du Congo, Patrice Emery Lumumba (photo, centre), à sa famille. Le juge d'instruction a décidé qu'un objet, en l'occurrence une dent, pourrait être rendue après un avis positif du parquet fédéral, rapportent plusieurs quotidiens flamands ce jeudi. Cette dent avait été saisie par un ancien gendarme belge. Elle serait tout ce qui reste du corps de Lumumba.

Premier ministre en 1960, renversé et arrêté, Patrice Emery Lumumba a été livré à ses ennemis, les séparatistes katangais, qui l'ont assassiné le 17 janvier 1961 avec l'aide d'hommes de main belges. En 2000, l'un de ces Belges, le commissaire de police Gérard Soete (photo), a raconté à la VRT (dans les "Histories" sur la chaine Canvas) avoir découpé et dissous dans l'acide le corps de Patrice Lumumba.

Dans un documentaire diffusé sur la chaîne allemande ARD la même année, Soete avait déclaré avoir conservé deux dents de Lumumba, en les montrant. En 2016, une dent a été saisie dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet fédéral sur la mort de l'ancien Premier ministre.

Le 30 juin dernier Juliana Lumumba, la fille de l’ancien Premier ministre congolais assassiné, âgée aujourd’hui de 64 ans, avait adressé une lettre au roi Philippe dans le cadre du 60e anniversaire de l’indépendance du Congo. Elle demandait au souverain que les reliques de son père retournent "sur la terre de ses ancêtres". "Nous voulons seulement pouvoir lui dire ‘adieu’", avait précisé Juliana Lumumba.

L’appel émotionnel de la fille de Lumumba aura été entendu. D’après les informations de VRT NWS, il aurait été envisagé de faire un examen d’ADN sur la dent. Mais cet examen aurait détruit la dent. Le juge d'instruction aurait donc décidé de ne pas faire effectuer le test d’ADN et de rendre la dent à la famille du défunt.

Il n’y aura ainsi jamais de certitude que la dent (photo) a bien appartenu à Patrice Lumumba. La famille est autorisée à venir chercher la dent au greffe.

Jelle Vermeersch

Les plus consultés