Des images de Flamands connus nus font le tour des réseaux sociaux

Le chanteur et acteur Stan Van Samang et le présentateur radio et télévision Peter Van de Veire (VRT, photo) ont reconnu publiquement ces jeudi et vendredi que des photos et vidéos privées d’eux à caractère sexuel circulent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux - dont notamment l’application Tik Tok très prisée par les enfants et jeunes. Quelqu’un les a postées à leur insu, avant qu’elles ne soient partagées à grande échelle. Les avocats des personnalités concernées affirment qu’elles ont été piégées par quelqu’un qui avait créé un faux profil sur les réseaux sociaux, dans le but de leur nuire. Ce phénomène d’abus est décrit comme du "catfishing". La chaine de radio MNM décidait ce vendredi matin de mettre ses auditeurs en garde contre le sexting, à savoir l’envoi électronique de textes ou photos sexuellement explicites pour nuire ou faire du chantage. Elle rappelle aussi que faire suivre ce type de photos reçues, sans l’accord de la personne représentée, est un acte punissable de prison.

Alors que les images nues de trois "bekende Vlamingen" (‘Flamands connus’) circulaient depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, l’acteur Stan Van Samang (photo) annonçait jeudi qu’il a porté plainte contre x, pour tenter de mettre fin à cette circulation. L’avocat Tom Bauwens soulignait que la justice prend très au sérieux ce phénomène : les personnes qui publient ce genre de photos et vidéos sans l’accord de la personne concernée risquent une astreinte de 10.000 euros.

Mais les personnes qui reçoivent ce genre d’images et les font suivre à d’autres, sont aussi en infraction et passibles d’une peine de prison jusqu’à 5 ans. Trop peu de citoyens semblent s’en rendre compte. "Partager des images nues sans l’accord de la personne concernée n’est pas innocent, c’est un acte punissable", confirmait aussi le ministre flamand des Médias Benjamin Dalle, jeudi soir.

Stan Van Samang s’est excusé auprès de son public et a tenu à "mettre tout le monde en garde, mais surtout les jeunes, pour qu’ils soient très prudents avec l’utilisation d’images intimes. La confiance qu’ils accordent à un moment à quelqu’un peut être abusée par la suite".

L’avocate Anne Marie De Clerck indiquait de son côté que les médias sont également passibles de sanction s’ils diffusent des photos sans l’accord de la personne concernée. "La Cour de Cassation est très claire à ce sujet : dès que des images sont divulguées de cette façon, même si elles sont rendues méconnaissables, c’est l’intégrité sexuelle des victimes qui est violée et le média est punissable".

C’est notamment la raison pour laquelle la VRT n’a diffusé aucune des images des personnalités flamandes touchées. Jeudi soir, la radio-télévision publique flamande indiquait aussi ne pas vouloir donner les noms des personnes concernées, ces dernières ne s’étant pas encore publiquement identifiées.

Noortje Palmers

"Vous me traitez de pervers ? Regardez dans le miroir"

Ce vendredi matin, dans son émission matinale quotidienne sur la chaîne MNM de la VRT, le présentateur Peter Van de Veire annonçait être l’une des autres personnalités flamandes dont des images nues circulent sur les réseaux sociaux. Il expliquait que les images étaient strictement privées et ne pas savoir comment elles ont été prises et diffusées. Il soulignait qu’elles nuisent à sa famille, à tous ses proches, ses collègues.

"Vous me considérez comme un criminel, un pervers ? " demandait Van de Veire aux auditeurs. "Regardez dans le miroir, longtemps. Car vous vouliez voir ces images? C’est un peu pervers aussi. Vous vouliez les envoyer à tous ceux que vous connaissez ? Cà c’est vraiment criminel… Vous ressentez maintenant cette honte qui est la mienne ? Soyons honnêtes, cette sexualité est personnelle, elle ne concerne personne d’autre".

L’animateur radio demandait aux utilisateurs des réseaux sociaux de ne plus partager les images privées et de laisser sa famille en paix. Epaulé par le journaliste Tim Verheyden (VRT), spécialiste des médias sociaux, et la sexologue Lotte Van Wezemael (VRT), Peter Van de Veire ouvrait aussi le débat sur le phénomène de sexting dans le cadre de son émission matinale. Un débat qui se poursuivait ce vendredi sur les autres chaines radio et télévisées de la VRT.

Les plus consultés