Plus de 170 emplois menacés chez Ryanair à Zaventem et à Charleroi

Ryanair entend supprimer 172 emplois en Belgique, a annoncé la compagnie aérienne irlandaise aux syndicats. C'est le double du nombre annoncé en juillet. "Qu'une entreprise veuille supprimer des emplois supplémentaires lors d'une procédure de licenciement relève du "jamais vu", selon le syndicat ACV-CSC.

Cent-six membres du personnel de cabine et 66 pilotes risquent de perdre leur emploi, a indiqué Hans Elsen du syndicat chrétien CSC-ACV. La société avait annoncé, en juillet, son intention de supprimer 80 emplois en raison de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Les emplois vont disparaître aussi bien à Zaventem qu’à l’aéroport de Charleroi.

Ryanair supprimerait les emplois supplémentaires parce que la crise du coronavirus frappe la compagnie aérienne plus durement que prévu et qu'il y a moins de réservations à venir.

Qu'une entreprise veuille supprimer des emplois supplémentaires lors d'une procédure de licenciement relève du "jamais vu", selon le syndicat.

Le représentant syndical soupçonne Ryanair de vouloir faire pression de cette manière. "Nous voyons le même scénario partout en Europe. Ryanair menace de licenciements, afin de réduire les salaires et d'exiger plus de flexibilité".

L’ACV parle d'une mesure "opportuniste" de Ryanair. "Par rapport aux autres compagnies aériennes, Ryanair est moins touchée par la crise de l'aviation, car la compagnie n'a pas de vols intercontinentaux.

Ryanair emploie dans notre pays un peu plus de 500 personnes, la plupart à l'aéroport de Charleroi.
 

Les plus consultés