Les partenaires sociaux flamands réclament un plan fort pour relancer l’économie

Les partenaires sociaux flamands, réunis au sein du SERV, veulent conclure rapidement avec le gouvernement flamand un accord fort sur un plan de relance pour tous les aspects socio-économiques. Dans une lettre ouverte, ils attendent "un signal fort du gouvernement flamand" via la présentation du budget et la Déclaration du 28 septembre, qui doit donner l’impulsion à la relance.

Lockdown, puis déconfinement partiel, et maintenant le nombre des contaminations au coronavirus qui remontent progressivement : du point de vue socio-économique la Belgique ne se porte pas vraiment bien. D’après les partenaires sociaux flamands, de nombreuses entreprises sont au bord de la faillite, la confiance des consommateurs a chuté et le risque de précarité augmente. Ils réclament donc des réponses fortes du gouvernement flamand pour amorcer la relance économique.

"Ce sont les entreprises, les indépendants et les travailleurs qui devront réaliser cette relance dans cette (nouvelle) réalité. Un accord entre partenaires sociaux et le gouvernement flamand donnera plus d'élan à cette relance car les partenaires sociaux représentent près de deux millions de travailleurs et chercheurs d'emploi et 150.000 entrepreneurs, entreprises et organisations en Flandre", rappellent-ils dans leur lettre ouverte.

Pour les partenaires sociaux tous les indicateurs socio-économiques sont dans le rouge et la situation des finances publiques est sans précédent. "A politique inchangée, le déficit flamand est estimé entre 6 et 7 milliards pour 2020. Nous ne connaissons pas encore l'impact des nouvelles mesures depuis l'été", soulignent les patrons et syndicats.

Activer et investir

Les partenaires sociaux veulent rapidement discuter avec le gouvernement flamand pour conclure un accord. La priorité doit se porter, selon eux, sur une offre de travail renforcée, une mobilité accrue de la main-d’œuvre, un marché du travail diversifié et inclusif, l'innovation sociale et une transition vers l'apprentissage tout au long de la carrière.

Les partenaires sociaux misent aussi sur les investissements publics à réaliser rapidement, qui sont "essentiels" pour la relance. Enfin, il faut aussi, selon eux, donner de l'attention au bien-être et au pouvoir d'achat.

Invité ce mardi dans l’émission "De ochtendé (Radio 1), le président du SERV, Danny Van Assche (photo), ajoutait : "Nous avons besoin d’un rétablissement de la confiance pour que l’économie tourne à nouveau. Il est important d’activer les travailleurs qui sont au chômage temporaire. L’office flamand pour l’emploi VDAB doit réagir rapidement pour ne pas voir croitre le nombre de personnes en chômage de longue durée".

"La Flandre doit investir dans la mobilité, l’énergie, les bâtiments publics, les soins de santé et l’infrastructure : ce sont des choses de première importance pour que l’économie puisse bien tourner". Van Assche se rend compte que tout cela coûte beaucoup d’argent. "La situation ne peut perdurer. D’ici la fin de cette législature, nous devons pouvoir revenir à un budget en équilibre. Il faut donc en tracer le parcours dès à présent".

Les plus consultés