“Testez les enfants à l’école avec des équipes mobiles, ne mettez pas toute la classe en quarantaine"

Le professeur de microbiologie Herman Goossens (photo), de l’Université d’Anvers, suggère de tester les élèves dans leur classe pour détecter d’éventuelles contaminations au coronavirus. "De cette façon, les cours peuvent se poursuivre dans les écoles, sans devoir placer toute une classe en quarantaine. La ville d’Anvers est intéressée par ce système", précisait le professeur ce jeudi sur les ondes de Radio 2 Anvers (VRT).

"J’entends beaucoup de généralistes anversois qui déclarent qu’ils ne sont pas vraiment prêts à tester tous les enfants pour détecter d’éventuels cas de Covid-19", précisait Herman Goossens dans l’émission "Start je Dag". Le microbiologiste fait référence au nombre croissant de cas détectés parmi les écoliers.

Ceux qui sont dans la classe d’un enfant contaminé doivent passer un test de dépistage et leur classe doit se mettre en quarantaine.

"Nous ne sommes qu’au début de l’hiver. Cette méthode n’est pas tenable à longue échéance. Il est indispensable que nous intervenions pour soutenir les généralistes et les médecins des Centres d’accompagnement des élèves. En plus, nous voyons très peu de propagation du coronavirus dans les écoles. Il n’est donc pas nécessaire de placer des classes entières en quarantaine", soulignait Herman Goossens.

Equipes mobiles dans les classes

Le microbiologiste anversois estime que la solution serait d’envoyer des équipes mobiles de test dans les écoles. "Quand un élève semble contaminé, des équipes mobiles se rendront dans l’école concernée. Sur place, elles peuvent tester les condisciples avec un test nasal. De cette façon, les cours continuent à être donnés à l’école et après 24h les résultats sont disponibles".

"En même temps, je ferais aussi effectuer un test de salive. Ils sont plus adaptés aux enfants et tout aussi fiables, d’après moi. Nous pouvons étudier immédiatement cette option", indiquait le professeur sur Radio 2.

La ville d’Anvers intéressée

Goossens précisait que la ville d’Anvers serait intéressée par des équipes mobiles de test dans les écoles. "Je suis optimiste que nous pourrons lancer rapidement ce projet. Ces dernières semaines, nous avons beaucoup discuté. Je serais reconnaissant envers les autorités de la ville si l’on pouvait impliquer des équipes mobiles dans le travail de testing".

"Bien entendu, tout doit être effectué correctement. Nous allons remettre ce jeudi au Comité éthique de l’Hôpital universitaire d’Anvers un protocole sur les équipes mobiles. Dès qu’il sera approuvé, nous pourrons constituer les équipes ", concluait le professeur Goossens.

Les plus consultés