L’édition 2021 du Carnaval d’Alost n’aura pas lieu en février, peut-être en été

La ville d'Alost (Flandre orientale) n'organisera pas son célèbre carnaval en février prochain, mais une édition estivale est envisagée si l'évolution de l’épidémie de coronavirus le permet. Étant donné le contexte sanitaire, le bourgmestre Christoph D'Haese a estimé qu'il serait irresponsable de maintenir l'évènement, dont le cortège peut réunir près de 100.000 personnes. Les sociétés carnavalesques se disent surprises par la décision.

Le Carnaval d'Alost, riche d'une histoire multiséculaire, déchaîne traditionnellement les passions et n'échappe pas aux polémiques en raison de son côté souvent très provocateur. Il a d'ailleurs été rayé du Patrimoine immatériel de l'Unesco après son édition 2019, lors de laquelle un char a caricaturé des juifs orthodoxes au nez crochu, assis sur des sacs d'or.

Le bourgmestre nationaliste flamand Christoph D’Haese (photo, archives) a annoncé ce jeudi que l’édition 2021, qui devait avoir lieu du 14 au 16 février, serait annulée. Et sans doute reportée à l’été prochain.

"Nous n’avons pas pris cette décision la légère", expliquait le bourgmestre à la VRT. "Nous nous sommes concertés avec les pompiers, la police, les experts médicaux et les employés de communication. C'est l’une des décisions les plus difficiles que j’ai dû prendre". D'autres villes de Flandre orientale avaient déjà décidé de faire l'impasse sur leur carnaval, en raison de l'épidémie de coronavirus.

Laurie Dieffembacq

Un carnaval en été ?

Le bourgmestre propose de reporter l’édition hivernale à l’été. "Ce sera unique en 2021, mais nous allons tout de même essayer". Le Carnaval annonce le printemps et précède la période du Carême dans la tradition catholique. N’est-il pas étrange d’en reporter la date ? "C’est effectivement atypique, mais nous traversons des temps atypiques", répond Christoph D’Haese.

"Les gens ont droit à de la détente et à des fêtes. Le carnaval fait partie du tissus social, de l’ADN d’Alost. Qu’on le célèbre en hiver ou en été, l’essentiel est que nous organisions une fête populaire qui relie les gens entre eux".

Des considérations économiques ne sont pas absentes de cette décision. "C’est une fête populaire qui possède un énorme impact sur l’économie locale. On ne peut sous-estimer cet aspect. La carnaval procure aussi du travail à beaucoup de monde".

Le bourgmestre veut maintenant se concerter avec la population de la ville, pour voir s’ils sont prêts à organiser un carnaval estival. La date n’en a pas encore été fixée. "Je pense que le dernier week-end de juin est l’une des dates visées". D’Haese comprend que les habitants seront déçus, tout comme lui est déçu. Mais la décision devait être prise dès à présent, parce qu’il s’agit d’une gigantesque organisation.

James Arthur Photography

Les sociétés carnavalesques sont surprises

"Nous sommes abasourdis. La décision n’a pas été prise en concertation avec les associations, et ce n’est pas une bonne idée", réagissait Dirk Verleysen du conseil consultatif d’Alost. "Le carnaval alostois est un événement de trois jours, mais en juin c’est la période des examens pour tous les étudiants et il y a des concerts comme Rock Werchter et Graspop".

"Le secteur Horeca n’a pas non plus été consulté. Sera-t-il prêt à fêter en juin ?". Les sociétés carnavalesques seraient plutôt en faveur d’un report d’une année entière. "Ce n’est pas un problème. Mais nous n’avons vraiment pas envie d’un carnaval en été. On ne nous a pas consultés et c’est très dommage. Le Carnaval d’Alost est une tradition pendant les vacances de printemps, pas pendant l’été".

Les plus consultés