Les négociations pour une coalition Vivaldi suspendues, Georges-Louis Bouchez (MR) pointé du doigt

Les discussions entre les sept partis engagés dans des négociations pour former une coalition fédérale baptisée Vivaldi ont été interrompues dimanche après-midi. L’attitude de Georges-Louis Bouchez est pointée du doigt par plusieurs protagonistes. D’après la rédaction de la VRT, les discussions en plénière rassemblant tous les négociateurs sont suspendues, mais des pourparlers bilatéraux continuent d’avoir lieu. 

Les présidents des sept partis (PS, SP.A, Open VLD, MR, Ecolo, Groen et CD&V) étaient réunis dimanche depuis 08h30 après une longue journée de négociations qui s'était terminée samedi peu avant minuit. 

Ils ont suspendu leurs travaux en plénière, selon des sources proches des deux préformateurs, les présidents de l'Open VLD et du SP.A, Egbert Lachaert et Conner Rousseau. Mais les discussions se poursuivent "sous différents formats". 

L'attitude du président du MR, Georges Louis Bouchez, est pointée du doigt par plusieurs protagonistes qui l'accusent d'être revenu sur plusieurs points du projet d'accord, comme l'institutionnel, l'énergie et l'immigration. 

Il lui est également reproché de vouloir repartir du gouvernement actuel, dirigé par la Première ministre Sophie Wilmès (MR), qui serait élargi autour d'un programme de relance.

Les plus consultés