En 2021, les entreprises flamandes encore 10% en deçà d'un chiffre d'affaires normal

L’an prochain, les entreprises flamandes resteront encore 10% en dessous de leur niveau de chiffre d'affaires normal. C’est ce qui ressort cer mercredi d'une enquête de l'organisation patronale flamande Voka auprès d'un millier d'entreprises. Le manque de demande et de confiance, ainsi que l'absence de mesures de relance, semblent être un obstacle à une reprise complète de l'économie.

Le Voka tire la sonnette d'alarme, alors qu'a lieu ce mercredi un nouveau Conseil national de sécurité. La nouvelle enquête montre en effet que les entreprises flamandes sont encore aujourd'hui en moyenne 12% en dessous de leur niveau de chiffre d'affaires normal. Les petites entreprises, dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas 500.000 euros, sont particulièrement touchées, avec un revenu inférieur de 34% à la normale. Pour celles dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas 10 millions d'euros, la perte est de 22%.

Les grandes entreprises s'en sortent un peu moins mal avec des baisses de 10 à 15% en moyenne. Cette tendance se poursuivra l'année prochaine. Les petites et moyennes entreprises redoutent de rester encore en moyenne 24% et 17% en dessous de leur niveau de chiffre d'affaires normal. Pour l'ensemble de l'économie flamande, la moyenne pondérée est en recul de 10% pour 2021.

"Nous avons besoin de toute urgence d'un plan global du Conseil national de sécurité qui nous donnera une perspective pour trouver un équilibre entre la santé, la société et l'économie", estime Hans Maertens, administrateur délégué du Voka. "Il semble que les politiciens fédéraux ne réalisent pas à quel point certaines entreprises traversent des moments difficiles, surtout dans des secteurs tels que l'événementiel, les loisirs, l'horeca, le tourisme et les voyages."

Deux leviers de relance

Pour l'organisation patronale flamande, il existe deux leviers importants pour la relance. "Le premier consiste à accroître la confiance et la consommation. (...) C'est pourquoi faire du shopping ou entreprendre doivent s'organiser de la manière la plus réaliste possible. Nous avons également besoin de mesures supplémentaires pour soutenir les exportations et absorber le Brexit".

Deuxièmement, les gouvernements doivent augmenter les investissements. "Tous les gouvernements doivent donner l'exemple et investir davantage dans la mobilité, la recherche et l'innovation, l'énergie et la numérisation. En outre, ils doivent également stimuler les investissements des entreprises", plaide Hans Maertens (photo).

Un deuxième confinement en réponse à un nombre croissant d'infections est absolument à éviter, prévient encore le Voka. Seules quatre entreprises sur dix pourraient le gérer sans soutien supplémentaire du gouvernement, tandis que les autres affirment avoir besoin de mesures supplémentaires.

Les plus consultés