Les tests corona préventifs du personnel suspendus dans les maisons de repos et soins flamandes

Jusqu’au 4 octobre, aucun test préventif des membres du personnel ne sera effectué dans les maisons de repos et soins de Flandre. En cause, d’après l’Agence flamande des Soins et de la Santé, une capacité de tests temporairement insuffisante dans les laboratoires fédéraux. Margot Cloet qui préside la coupole Zorgnet-Icuro craint que cette mesure ne mette en péril les règles actuelles de visites dans les maisons de repos. Le ministre Philippe De Backer parle d’un "problème de goulot d’étranglement", expliquant que la Flandre voulait faire analyser la semaine prochaine six fois plus de tests préventifs.

Joris Moonens de l’Agence flamande pour les Soins et la Santé estime que la priorité des tests doit actuellement être accordée aux maisons de repos et soins qui ont constaté des cas de Covid-19. Il s’agit environ de 1.000 tests par jour. L’Agence pointe du doigt une capacité insuffisante dans les laboratoires fédéraux.

Le ministre Philippe De Backer (photo), responsable pour la capacité de tests et de traçage, affirme par contre qu’il n’y a pas de problème. "La Flandre a décidé d’interrompre le screening préventif. Je le regrette, car il existe bien une capacité de 1.000 à 1.500 tests par jour. C’est ce qui avait été convenu avec les états fédérés et nous pouvons parfaitement continuer à le faire ces prochaines semaines. Il n’y a pas d’interruption dans la capacité de tests", souligne Philippe De Backer.

Le ministre ajoute cependant que plusieurs maisons de repos et de soins ont fait une demande en même temps pour la semaine prochaine auprès de l’Agence de Soins et de Santé, ce qui a porté subitement la capacité à 6.000 tests par jour. "C’est évidemment difficile à réaliser". Il suggère d’étaler davantage dans le temps les tests demandés pour la semaine prochaine.

Selon le ministre De Backer, il s’agit donc d’un problème temporaire de goulot d’étranglement. "A Bruxelles et en Wallonie on continue à réaliser le screening préventif".

Margot Cloet (photo) de la coupole d’organisations flamandes Zorgnet-Icuro craint que l’interruption de tests préventifs ne mette en péril la règlementation actuelle pour les visites dans les maisons de repos, certainement au moment où les contaminations de personnes de plus de 70 ans augmentent sensiblement. "Il est important de tenter d’augmenter la capacité de tests et de considérer le personnel des maisons de repos et soins et les ainés comme un groupe prioritaire", souligne Margot Cloet.

Une crainte que réfute Joris Moonens de l’Agence flamande des Soins et de la Santé, indiquant qu’en cas d’infection ou de soupçon d’infection dans une maison de repos des tests peuvent encore toujours être effectués sans restriction. Et tant qu’il n’y a pas de soupçon ou de contamination avérée, les visites doivent rester autorisées.

Les plus consultés