Nicolas Maeterlinck

Plusieurs experts scientifiques flamands font une brève "grève du silence"

Le virologue Marc Van Ranst (photo, centre), l’infectiologue Erika Vlieghe (photo, à g.), l’épidémiologiste Pierre Van Damme (photo, à dr.), le professeur de biostatistiques Geert Molenberghs et le mathématicien et biostatisticien Niel Hens se sont mis ce week-end en "grève du silence". Ces experts très sollicités par les médias depuis le début de l’épidémie du coronavirus en Belgique estiment que les politiciens compétents refusent trop souvent de donner des interviews sur la politique du coronavirus et qu'ils se cachent trop souvent derrière eux. Les experts soulignent que leur grève n’est pas une critique envers les médias.

Plusieurs experts scientifiques ont confirmé qu'ils ne communiqueront plus avec la presse jusqu'à lundi après-midi. "Il appartient maintenant aux responsables politiques de donner des signaux clairs. Envers nous, mais surtout envers la population. Ils doivent maintenant rendre compte de leurs actions dans les studios de télévision. Pas nous."

Aucun des experts concernés n'était disponible pour commenter vendredi cette action. Les scientifiques, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Cellule d’évaluation Celeval, souhaitent se regrouper dans un organe purement scientifique. "Il y a deux options: soit les politiques décident que nous pouvons créer un organe distinct, purement scientifique, et nous donnerons à l'avenir notre point de vue sur le virus, soit nous agissons de notre côté, et nous commençons à communiquer nous-mêmes avec la population pour l'informer correctement."

Marc Van Ranst souligne toutefois que l'action n'est pas dirigée contre les médias, mais qu'elle constitue un signal clair envers les responsables politiques.

Wouter Beke: "Je suis reconnaissant envers bien des experts"

Le ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke (photo), a fait savoir via son porte-parole qu’il était "reconnaissant envers nombre d’experts pour le travail qu’ils ont effectué ces derniers mois, devant les écrans et en coulisse". Il estimerait dommage que les experts ne veuillent plus assumer ce rôle, qui bénéficie du soutien de la population.

"Personnellement, j’informe aussi depuis l’angle politique, comme dimanche dernier où j’ai participé à un débat sur le coronavirus dans l’émission ‘De Zevende Dag’ de la VRT".

Ignaas Devisch: "Un besoin urgent de sérénité"

Le philosophe médical Ignaas Devisch comprend la grève du silence des experts. "J’espère qu’elle mènera à une réflexion. Le débat de dimanche dernier m’a attristé”, indiquait-il ce samedi matin sur les ondes de la VRT. "Le débat se durcit, mais on manque de leadership politique et les experts sont traités de façon négative. Nous avons besoin d’urgence de sérénité".

"Le fossé entre les recommandations des scientifiques et les décisions politiques mène à un chaos social. Les citoyens ne savent plus que faire. Et cela alors que les prochains mois seront difficiles à vivre", concluait Ignaas Devisch.

Les plus consultés