Quatorze points de mobilité inaugurés à Louvain

La ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters (photo, au centre), a ouvert ce dimanche dans la ville universitaire brabançonne 14 "mobipunten" - ou "hoppinpunten". Il s’agit d’endroits où sont concentrés divers types de transport et où l’on peut donc facilement passer d’un moyen de transport à un autre. Il peut ainsi s’agir d’une gare de bus où l’on trouve aussi des voitures et des vélos partagés.

Progressivement, les points de mobilité seront inaugurés dans l’ensemble de la Flandre. Au total, il devrait y en avoir plus d’un millier. La ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters, indiquait ce dimanche prévoir 100 millions d’euros au cours de cette législature pour l’installation de ce milliers de "mobipunten".

A Louvain, ils doivent permettre aux citoyens d’utiliser plus facilement des vélos ou des voitures partagés. Et de limiter les problèmes de parking dans les rues. Les points de mobilité permettent également de centraliser l’offre vaste de vélos et autos à partager.

Journée sans voitures à Louvain

Le lancement des 14 "mobipunten" coïncidait avec la journée sans voiture dans la ville universitaire. Mais cette édition aura été particulièrement calme, en raison du mauvais temps et des mesures de prévention contre la propagation du coronavirus.

"Il aurait pu y avoir davantage de participants à cette édition, mais nous sommes certainement contents", indiquait l’échevin louvaniste de la Mobilité, David Dessers (Groen). "Les activités avaient été dispersées en divers endroits de la ville, pour que l’affluence ne soit pas trop concentrée, comme l’an dernier. Mais à certains endroits, il y a tout de même eu très peu de monde".

Illustration d'un "mobipunt"

Les plus consultés