Trois suspects sous mandat d'arrêt pour détournement d'hélicoptère

Le parquet d’Anvers a indiqué ce dimanche matin que quatre personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête sur le détournement d'un hélicoptère vendredi, depuis Deurne et jusqu’à Hélécine, en passant par le survol de deux prisons bruxelloises. Les trois hommes armés qui étaient montés à bord de l’hélicoptère - loué sous le prétexte de vouloir faire des photos aériennes - s’étaient alors enfuis. Il semblerait que le motif de l’opération ait été passionnel. Trois des quatre suspects ont finalement été placés sous mandat d'arrêt, le quatrième libéré sous conditions. 

Trois suspects avaient détourné, vendredi après-midi, un hélicoptère stationné à l'aéroport de Deurne, en province anversoise. Ils avaient ensuite menacé la pilote à l'aide d'une arme à feu et l'avaient contrainte à voler vers la prison de Forest et le quartier des femmes de la prison de Berkendael.

L'hélicoptère a survolé la prison pendant un moment mais n'a pu y atterrir. L'engin s'est ensuite dirigé vers Hélécine, en Brabant wallon, et s’est posé au sol. Les suspects se sont alors enfuis. Il semblerait qu’ils aient voulu tenter de libérer la femme du suspect principal, incarcérée à la prison de Berkendael (photo).

Une enquête, dirigée par le parquet d'Anvers, a été ouverte. Elle aurait avancé de façon significative samedi soir. Le suspect principal et son père adoptif ont été appréhendés à Bruxelles, tandis que les deux autres jeunes suspects étaient privés de liberté dans le Limbourg. 

Le suspect principal est un homme de 24 ans originaire de Tongres (dans le Limbourg). Il était accompagné de son père adoptif de 50 ans, qui a également été arrêté, puis libéré ce dimanche sous conditions. Les deux autres suspects sont un homme de 18 ans venant de Bilzen et un homme de 22 ans originaire de Lanaken, deux localités limbourgeoises.

Les trois jeunes suspects placés sous mandat d'arrêt comparaîtront la semaine prochaine devant la chambre du conseil d'Anvers, qui devra confirmer ou non leur arrestation.

Les plus consultés