Odette rejette un millier de vieux bidons d’huile de moteur sur notre littoral

Plus de mille bidons d'huile de moteur ont été rejetés par la tempête Odette sur les plages de notre littoral ouest et du nord de la France. Ils reposaient sur le fond marin depuis pas moins de 54 ans.

C’est un habitant d’Oostduinkerke, Aäron Fabrice de Kisangani qui a remarqué lundi une importante quantité de ces bidons de la British Petroleum (BP) échoués sur la plage. Aäron est un scientifique mais aussi un militant anti-pollution, il ramasse des déchets plastiques qui proviennent d’échouage.

" La tempête a ramené de nombreux objets sur les plages et celles-ci sont jonchées de détritus, c’est la pire chose que j’ai vue depuis des années. J'appelle les communes du littoral à les retirer le plus rapidement possible. C'est mauvais pour l'environnement car de nombreux bidons fuient", dit-il. En collaboration avec l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique (KBIN), il tente à présent de retracer l'origine de ces bidons grâce aux microorganismes qui y sont accrochés.
 

Des bidons fabriqués en 1966

En mai 2018, Aaron avait déjà découvert 15 bidons d'huile de moteur BP sur la plage. Ces bidons sont datés de 1966, soit l'année de leur fabrication. Cette fois-ci, il s'agit exactement des mêmes bouteilles, mais il y en a beaucoup plus.
"Un conteneur rempli de bidons d'huile de moteur est sans doute tombé dans la mer il y a 54 ans, car en 1967, les mêmes bouteilles avaient déjà été rejetées sur la plage de l'île néerlandaise de Texel. À cette époque, cette huile de moteur avait même été revendue à des concessionnaires automobiles. En 1980, 2014, 2016 et 2017, des bidons identiques ont également été trouvés sur des plages aux Pays-Bas. Mais ce que j'ai vu maintenant dépasse toutes mes trouvailles précédentes", ajoute Aäron.
 

Sur les plages du Nord de la France aussi

Cette fois, l'échouage est énorme. "Il y a des milliers de ces bidons. J'ai marché de Coxyde à La Panne et j'en ai vu des centaines. Quand j'ai traversé la frontière, à Zuydcoote et Leffrinckoucke, j'ai trouvé beaucoup d'autres de ces bidons. On les trouve d’Oostduinkerke à Dunkerque".

Le conteneur qui a été tombé par-dessus bord et se trouve quelque part au fond de la mer du Nord, s’est maintenant ouvert. "Le conteneur est probablement complètement rouillé. Les bidons s’en échappent en petite quantité. La tempête Odette a peut-être encore plus déchiré le conteneur. Les bouteilles flottent puis finissent sur la plage à cause du vent et du courant", poursuit Aäron.
 

Pollution aux hydrocarbures

Aäron emporté une centaine de ces bidons dans sa voiture pour faire des recherches avec les scientifiques de l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique (KBIN). "Beaucoup de microorganismes sont accrochés aux bouteilles. En fonction de l'espèce, nous pourrons déterminer où se trouve le conteneur. Il faut espérer que cela puisse être fait rapidement et que le conteneur puisse être complètement vidé avant que l'environnement ne subisse d'autres dommages", poursuit Aäron.

"Beaucoup de bouteilles fuient, ce qui entraîne la présence d’huile de moteur composée d'hydrocarbures sur la plage. Cette situation est désastreuse pour la faune et la flore. J'appelle les villes et les communes à ramasser ces bouteilles des plages dès que possible. C’est impossible à faire pour moi tout seul", conclut-il.

Les plus consultés