BELGA

Herman De Croo ne veut donner qu'un conseil à son fils : "Reste comme tu es, ouvert à tous"

Herman De Croo, 83 ans, réagit avec fierté à la perspective de voir son fils devenir Premier ministre. Selon le libéral flamand, Alexander De Croo a toutes les qualités pour diriger le prochain gouvernement fédéral. "S’il me demande un conseil, je répondrai à ses questions mais je ne serai pas une belle-mère".

Herman De Croo aura été lui-même actif en politique durant 52 ans. Il se rend compte que son fils a une tâche difficile devant lui : "Il devra essayer de former une équipe, c'est sa responsabilité. C'est son propre choix. Il est par nature très équitable et sera capable de le faire. Il a une bonne dose de bon sens".

"Beaucoup d’expérience pour son âge"

"Diriger un gouvernement avec 7 partis est une tâche difficile", réalise le père De Croo. Il sait que son fils devra trouver un équilibre et surtout faire des compromis. Mais cela ne devrait pas être un problème, dit-il : "Alexander a été consultant durant 6 ans et a été confronté à de nombreuses situations difficiles. Il a dû résoudre des problèmes dans la vie sociale et économique. Il a déjà beaucoup d'expérience pour son âge".

Etudes et professions

"Alexander a déjà été président du parti et aussi vice-Premier ministre durant 8 ans", ajoute Herman De Croo. "Il a pu faire des études d'ingénieur et a obtenu la grande distinction, il a travaillé pour une grande entreprise pendant un certain temps et a même étudié aux États-Unis durant deux années supplémentaires. Il a fondé sa propre société dont il a vendu toutes les actions l'année dernière pour être libre. Il consacre beaucoup de temps à la politique, mais aussi à sa famille".

Un "homme normal"

Herman De Croo est visiblement fier de son fils qu’il présente comme un homme normal. "C'est un homme courageux qui travaille pour les gens ordinaires et qui veut défendre les plus faibles. Il fait du vélo chaque semaine avec ses deux fils Tobias et Gabriel et, si il a le temps encore, il m'accompagne parfois à cheval. Cela arrive de moins en moins souvent. Mais nous sommes voisins (à Brakel en Flandre orientale ndlr.), il vit près de chez moi", ajoute le ministre d'Etat qui a pris sa retraite après une riche carrière politique. Il a été ministre à plusieurs reprises mais n'a jamais obtenu les clés du 16 rue de la Loi.

En tant que père du nouveau premier ministre belge et expérimenté en politique, Herman De Croo reste modeste quant aux conseils qu’il pourrait donner à son fils. "Le meilleur conseil que j'ai pu lui donner est que les plus faibles ont le plus besoin de nous. Et je répondrai à ses questions s'il en a. Mais je ne serai pas une belle-mère ou un beau-père".
 

Les plus consultés