Pour l’infectiologue Erika Vlieghe, "la maison est en feu, il faut réagir"

Invitée ce lundi dans la matinale de Radio 1 (VRT), la professeure Erika Vlieghe estime qu’une nouvelle campagne d’information "forte" est aujourd’hui nécessaire pour contrer la progression du coronavirus dans le pays. L’infectiologue constate en effet que de nombreuses personnes n’en savent que très peu sur  les dangers de la pandémie et sur les mesures concrètes à suivre. Une situation qui est liée à la multitude d’informations sur le sujet, et qui mène à des comportements inadaptés.  

"Lorsque la maison est en feu, il faut faire quelque chose", a déclaré Erika Vlieghe dans l’émission ‘De ochtend’. "Quand on regarde la tendance sur un long terme, on voit qu’elle forme une grande ligne croissante. Cela met une énorme pression sur les hôpitaux", prévient-elle.

L’infectiologue de l’hôpital universitaire d’Anvers est l’une des expertes qui conseille les autorités en tant que membre du Celeval. A la demande du Conseil national de sécurité (CNS), elle travaille actuellement à la mise en place d’un baromètre qui établira les mesures à adopter selon le niveau de l’épidémie. 

Parallèlement, Erika Vlieghe estime que la communication reste un point capital dans la lutte contre la Covid-19. "Nous avons vraiment l’impression que de nombreuses personnes qui sont actuellement malades ont très peu de connaissance sur la pandémie et sur les mesures sanitaires", indique-t-elle. D’après elle, il faut dès lors "lancer une nouvelle et forte campagne, pour tenter d’interpeler les personnes que nous n’arrivons pas facilement à joindre". 

Dimanche, le nouveau ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (SP.A), a appelé les citoyens à limiter le nombre de contacts étroits à trois personnes. Un chiffre qui, selon l’infectiologue, ne vient pas de nulle part. "Le rapport du Celeval indiquait déjà cette limite en cas de code orange. Si le code passe au rouge, il faudra encore davantage limiter ses contacts", conclut-elle.  

Les plus consultés