Le gouvernement renforce des mesures anti-Covid : 3 contacts proches et fermeture des cafés à 23h

Le Comité de concertation entre gouvernements fédéral et des entités fédérées s’est réuni ce mardi après-midi, au vu notamment de la croissance rapide du nombre de contaminations, d’hospitalisations et de décès dans le pays. Vers 17h30, le Premier ministre Alexander De Croo (photo), le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke et les ministres-présidents Jan Jambon, Rudi Vervoort et Elio Di Rupo ont donné une conférence de presse pour détailler les mesures prises pour freiner le rebond épidémique en Belgique. Les règles modifiées entreront en vigueur ce vendredi 9 octobre et seront valables pendant un mois. Dans un souci de clarté et de simplicité, le nombre 4 devient la règle dans plusieurs domaines.

Alexandre De Croo est clair et direct : la situation est préoccupante et grave. "Quasiment partout en Belgique, le nombre de cas est en augmentation, le nombre d'hospitalisations grimpe également. La situation est critique dans certains hôpitaux. Il faut absolument tout faire pour arrêter cela", indiquait le Premier ministre, précisant que des mesures plus strictes que celles en vigueur sont actuellement nécessaires.

S’adressant plus particulièrement aux jeunes, De Croo soulignait que tout le monde est concerné par ce virus. "Suivez les règles, même si vous ne tombez pas malades vous-mêmes, vous pouvez transmettre le coronavirus à une autre personne. C'est important que nous respections les règles. Nous voyons une augmentation des infections dans un groupe de personnes à risques. (...) Ce qu'on demande n'est pas facile et cela fait longtemps que des mesures sont en vigueur, mais c'est important de s'y soumettre, sinon dans deux ou trois semaines nous serons de retour pour annoncer de nouvelles mesures plus strictes. Nous ferons tout pour éviter un nouveau confinement. Mais c'est vous qui pouvez nous permettre d'éviter ce lockdown".

À son tour, le nouveau ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (photo), a souligné à quel point la situation est inquiétante. "Les gens sont fatigués de suivre les règles, mais nous devons réaliser pourquoi nous faisons cela: pour que les enfants puissent continuer à aller à l'école, pour que les entreprises puissent continuer à tourner et que les gens ne perdent pas leur emploi, pour que nous puissions continuer à avoir une vie sociale. L'objectif est avant tout de sauver des vies, de garder une situation sous contrôle dans les hôpitaux. Il faut garder ses distances avec les personnes, porter un masque quand le maintien de cette distance de 1,5 m n'est pas possible."

Le ministre de la Santé a ensuite énoncé les différentes mesures qui ont été retenues par le Comité de concertation.

Trois contacts rapprochés

Pour une période d'un mois à partir de vendredi 9 octobre, la bulle de contacts proches que chaque individu peut avoir est réduite à trois (au lieu de 5 actuellement). Cela concerne donc uniquement les personnes proches avec lesquelles on ne respecte pas la distance de sécurité et ne porte pas le masque, celles que l’on prend dans ses bras. "Trois contacts proches + moi = 4", résumait le ministre de la Santé.

Réunion à la maison : 4 personnes maximum

Il n'est plus possible désormais que d'inviter quatre personnes maximum chez soi, pour prendre le café, souper, se retrouver. Ces quatre personnes s’ajoutent aux personnes constituant le ménage.

Cafés : 4 personnes maximum à une table

Les cafés s’étant révélés des endroits de plus grande contamination, quelles que soient les mesures de prévention prises et respectées à la lettre, des changements sont également annoncés. A une table (à l’intérieur comme à l’extérieur), il ne pourra plus y avoir qu’un maximum de 4 personnes (sauf si un ménage est composé de plus de quatre personnes). Un groupe de 10 personnes se rendant au café devra donc se séparer en trois tables.

"Le chiffre à retenir actuellement est quatre", a précisé le ministre de la Santé. "Que ce soit pour les rassemblements privés ou des rencontres dans des cafés, vous ne devrez être que quatre maximum. Cela concerne uniquement les activités non-organisées".

Enfin, les cafés devront fermer à 23h dans l'entièreté du pays, au lieu de 1h du matin actuellement. Les risques de contamination se sont en effet révélés plus accrus tard en soirée. Pour les restaurants, il n'y a pas de changement.

Foto: Radio 2

Le télétravail est recommandé

En ce qui concerne le télétravail, le gouvernement le recommande fortement plusieurs fois par semaine à partir de ce vendredi, durant un mois, dans toutes les entreprises et pour tous les métiers où il est possible. Le gouvernement souligne néanmoins l’importance pour chaque travailleur de conserver aussi des contacts avec ses collègues, sur le lieu du travail, dans une certaine mesure.

"Favoriser le télétravail ne signifie pas que les entreprises sont des environnements dangereux", a précisé Frank Vandenbroucke. "C’est pour éviter que trop de gens ne soient en mouvement vers leur lieu de travail et de retour vers leur domicile".

Sensibilisation et contrôles renforcés

Tant le Premier ministre Alexander De Croo que les ministres-présidents flamand Jan Jambon, bruxellois Rudi Vervoort et wallon Elio Di Rupo soulignaient l’importance de respecter collectivement ces mesures de prévention renforcées, pour limiter à nouveau au plus vite la propagation du coronavirus. Les campagnes de sensibilisation seront multipliées, mais les contrôles seront également renforcés. "Dans les transports en commun, par exemple, mais aussi dans l’espace public", indiquait Jan Jambon.

Pedro Facon devient "commissaire Covid-19"

Le Premier ministre De Croo a confirmé que Pedro Facon (photo) a été désigné "commissaire Covid-19" par le Comité de concertation. Il s'agit du directeur général de la direction générale Soins de santé au sein du service public fédéral Santé publique.

Son rôle sera notamment de "huiler les rouages de la coopération" entre le fédéral et les entités fédérées sur le plan de la gestion sanitaire de la pandémie de Covid-19, selon les mots d'Alexander De Croo. "Il a déjà joué un rôle majeur dans la gestion de la première vague", a souligné le Premier ministre.

Pedro Facon sera par ailleurs chargé, dans sa nouvelle fonction, d'"opérationnaliser" le "baromètre" annoncé à l'issue du dernier Conseil national de sécurité, en associant aux différents stades et couleurs des protocoles et accords sectoraux. Ce baromètre national doit permettre de mesurer la gravité de la situation sanitaire localement, afin de mettre en place des mesures spécifiques.

La création d'un rôle de "commissaire Covid-19" figurait dans l'accord de gouvernement dévoilé la semaine dernière. Selon ce document, le commissaire est désigné pour une période de douze mois, renouvelable six mois. Il sera assisté par un comité scientifique interdisciplinaire.

Une commissaire-adjointe a aussi été désignée mardi: Carole Schirvel est épidémiologiste et médecin au Chirec (Centre hospitalier interrégional Edith Cavell).

Les plus consultés