Radio 2

Nouvelle grève de 48 heures dans les prisons contre l’assouplissement des règles de visites

Une grève de 48 heures a débuté hier lundi à 22h00 dans les prisons à l'appel du syndicat socialiste des services publics. En cause: la réponse défavorable de la direction générale des établissements pénitentiaires (DG EPI) à sa demande de mise en suspens des visites non surveillées. Selon les syndicats et les détenus, ces visites ne sont pas sûres pendant la période de crise sanitaire.

Depuis la mi-septembre, les détenus sont à nouveau autorisés à recevoir des visites non surveillées où les contacts physiques sont possibles avec les visiteurs. Le syndicat socialiste préférerait que cet autorisation soit suspendue à présent que les chiffres du coronavirus sont à nouveau à la hausse.

Six prisons flamandes sur dix atteignent l'objectif du service minimum

En Flandre, cette grève a eu le plus d'impact dans les prisons de Termonde (Flandre orientale) et de Bruges (Flandre occidentale) mardi matin. Dans six prisons flamandes sur dix, le nombre d'effectifs présents répond à l'objectif du service minimum, selon l'administration pénitentiaire. En Wallonie, la majorité des établissements l'a atteint.

La police est présente en renfort dans les prisons de Bruges, Gand et Forest. Depuis l'instauration d'un service minimum, lors d'un mouvement social dans les prisons, un nombre minimum du personnel doit être présent, qui varie selon les établissements.

En Flandre, le taux d'occupation minimal n'est pas atteint dans les établissements d'Anvers, de Bruges, de Termonde, de Gand, de Louvain-Central et de Malines.
Dans les prisons de Bruxelles, l'objectif du service minimum a été atteint dans la prison pour femmes de Berkendael tandis qu'il est presque atteint à Saint-Gilles et à Forest.

Les statistiques quant au personnel présent sont connus pour la moitié des prisons wallonnes. Ce n'est qu'à la prison de Lantin que l'objectif de service minimum n'est pas complètement atteint.

"L'objectif du service minimum a été plus qu'atteint dans les autres établissements pénitentiaires", a indiqué la porte-parole de la DG EPI, Valérie Callebaut. La grève est prévue jusqu'au mercredi 7 octobre à 22h00.
 

Les plus consultés