BELGA

Près de la moitié des 2.000 lits d’hôpitaux réservés aux patients Covid sont occupés

Le nombre moyen de nouvelles infections au coronavirus s'élevait à 2.309 par jour entre le 26 septembre et le 2 octobre, ce qui représente une augmentation de 48% par rapport à la période de sept jours précédente, indiquent les chiffres provisoires de la dernière mise à jour du tableau de bord de l'Institut de santé publique Sciensano. Le nombre de décès quotidien était de 10 en moyenne entre le 26 septembre et le 2 octobre. L’infectiologue Erika Vlieghe confirme que le nombre de décès va augmenter à mesure que les hospitalisations de patients Covid se multiplient.

Le nombre de contaminations pour 100.000 habitants calculé sur la période de 14 jours allant du 19 septembre au 2 octobre s'établit désormais à 235,9 (soit une augmentation de 76% par rapport à la période précédente) pour l'ensemble du territoire.

Au cours de la semaine écoulée, pas moins de 81 malades ont été admis en moyenne chaque jour dans les hôpitaux belges. Une semaine plus tôt, cette moyenne était de 64 patients.

En date du 5 octobre, 937 patients souffrant de Covid-19 étaient hospitalisés, dont 195 aux soins intensifs et 83 sous respirateur. Ce qui veut dire que près de la moitié des 2.000 lits réservés actuellement dans les hôpitaux belges aux patients atteints du coronavirus sont occupés. Dans certains hôpitaux, la section Covid est déjà remplie. Pour comparaison : en avril dernier, 6.000 lits avaient été réservés aux patients atteints du coronavirus.

Le virus Sars-CoV-2 a déjà entrainé la mort de 10.078 personnes en Belgique depuis le début de la pandémie. Le nombre de décès quotidien est passé à 10 en moyenne entre le 26 septembre et le 2 octobre.

"A mesure que les hospitalisations augmentent, les décès vont se multiplier"

Dans une interview accordée au quotidien Het Laatste Nieuws, le virologue Marc Van Ranst indique que la Belgique va bientôt voir à nouveau des dizaines de décès quotidiens dus au coronavirus. Comme ce fut le cas lors de la première vague de l'épidémie.

L’infectiologue Erika Vlieghe (photo) confirme que l’augmentation du nombre de décès va se poursuivre pendant encore quelques temps. "Nous voyons actuellement déjà une évolution de quelques décès quotidiens à une dizaine de décès. C’est un nombre limité, mais il annonce une augmentation importante. Plus le virus circulera au sein de la population, plus les personnes fragilisées vont tomber malades, être emmenées à l’hôpital, puis aux soins intensifs et risquent d’y perdre la vie". Erika Vlieghe qualifie cela de loi de la nature : "A mesure que les hospitalisations se multiplient, les décès seront plus nombreux. C’est ainsi que fonctionne une épidémie".

Au plus fort de l’épidémie dans notre pays jusqu’à présent - au mois d’avril -, plus de 250 décès étaient enregistrés quotidiennement.

Nicolas Maeterlinck

Les plus consultés