De Lijn : une grève de 24 heures affectera les transports publics flamands ce vendredi

Une grève de 24 heures aura lieu vendredi au sein de la société de transport public flamande De Lijn. L’annonce a été faite par  le front syndical commun, après l’échec de la concertation avec la direction.

Les syndicats avaient déjà déposé un préavis de grève le 17 septembre pour protester contre la privatisation de certaines activités comme le transport scolaire et contre des licenciements. Les syndicats veulent des garanties de sécurité de l'emploi pour le personnel. 

Une concertation entre les syndicats et la direction a échoué mardi. Les syndicats CGSP-ACOD, CSC-ACV et CGSLB-ACLVB appellent donc le personnel à débrayer en masse vendredi. "Les actions sont inévitables, la direction manque de volonté pour trouver des solutions concrètes", selon un dépliant distribué mardi soir par les trois syndicats. On ne sait pas encore très bien quel en sera l'impact. "Mais le désagrément pourrait être grand", précise Rita Coeck de la CGSP-ACOD. 

La société De Lijn s'attend à de grosses perturbations sur son réseau de bus et de tram vendredi. Dans une réaction, le transporteur assure comprendre l'inquiétude et l'incertitude des employés, mais estime qu'une grève est "totalement irresponsable" à l'heure ou l'entreprise est évaluée. 

"Les syndicats mettent en jeu l'avenir de De Lijn dans son ensemble. Alors qu'ils affirment faire la grève contre ce qu'ils considèrent être un premier pas vers la privatisation, la seule chose qu'ils préparent de la sorte c'est justement de rapprocher la privatisation", a déclaré Roger Kesteloot, le directeur général de De Lijn.

Les plus consultés