Grève chez De Lijn: moins de bus et trams, surtout dans les villes

La grève des trois syndicats perturbe les services de bus et trams de la société régionale flamande de transports en commun De Lijn dans toute la Flandre ce vendredi. "Selon une première observation prudente, il semble qu'un tiers des chauffeurs soient au travail", indiquait en matinée la société de transport public. Les syndicats protestent contre une possible réorganisation d’une partie de la société, notamment pour la centrale de bus à la demande et les transports d’écoliers. Les sous-traitants de De Lijn ne participent pas à la grève. La plupart des perturbations se situent sur les réseaux urbains et des trams.

L’action de grève de 24 heures a débuté ce vendredi à 5h du matin. Seul un tiers des chauffeurs De Lijn seraient au travail, mais comme le personnel des sous-traitants ne participe pas à l’action de protestation, les perturbations sont moins importantes par endroits. Vers 9h, environ 60% des chauffeurs étaient au travail.

Les plus grosses perturbations sont constatées dans les villes et sur le réseau de trams, dans les cinq provinces flamandes. Il y a beaucoup de perturbations dans toute la province du Brabant flamand, particulièrement dans la région de Dilbeek, le Pajottenland et toutes les lignes de bus vers Bruxelles. A l'aéroport de Zaventem, dans la région de Louvain et celle du raisin, un quart des chauffeurs semblait être au travail.

En Flandre orientale, il y a des perturbations sur l'ensemble du réseau. Dans toute la province, environ un tiers des bus circulent. Les réseaux des villes de Gand et d'Alost sont plus gravement impactés.

En province anversoise, les problèmes se concentrent dans la ville-même. En Flandre occidentale, on notait d’importants retards à Bruges et Courtrai, et sur la ligne du tram qui longe le littoral.

Les perturbations devraient durer encore toute la journée, et affecter aussi la centrale des bus à la demande ("belbus"). Ces derniers ne peuvent être réservés ce vendredi par téléphone, uniquement en ligne. Les autocars qui renforcent depuis lundi les bus sur des lignes empruntées avant tout par des écoliers roulent par contre ce vendredi.

La plupart des boutiques de De Lijn sont fermées, exceptées celles à Ypres, Turnhout, Courtrai, Ostende et Saint-Trond. Pour plus de détails sur les perturbations, les voyageurs peuvent se rendre sur la page des arrêts de bus du site web, ou rechercher leur trajet dans l'application via l'écran des arrêts de bus.

Avenir incertain pour le personnel de plus de 50 ans

Les syndicats protestent ce vendredi contre une possible restructuration concernant notamment la centrale de bus à la demande et le transport d’écoliers, qui pourrait entrainer la perte de 50 emplois. Les deux services devraient en effet être confiés, à terme, à une nouvelle centrale flamande de mobilité.

Dans ce cas, les travailleurs concernés devraient pouvoir passer à la nouvelle centrale, en conservant le même salaire et des conditions de travail identiques que chez De Lijn. Mais ils n’en ont pas reçu de garanties fermes.

Les syndicats estiment que De Lijn forcera ces collaborateurs à passer à la nouvelle centrale flamande de mobilité et exigent qu’ils puissent continuer à travailler chez De Lijn sans risquer un licenciement. Il s’agit de personnes de plus de 50 ans qui ont une longue carrière dans l’entreprise.

Les plus consultés