Radio 2

Nouvelle grève de 48 heures dans les prisons, pour exiger davantage de tests

Le syndicat chrétien a lancé, ce lundi à 6h du matin, une grève de 48 heures dans les prisons du pays. La CSC mène cette nouvelle action pour exprimer son mécontentement face à la politique des congés pénitentiaires et des permissions de sortie. Elle exige davantage de tests de dépistage.

Le syndicat socialiste FGTB avait déjà mené une action similaire la semaine dernière. La CGSP a à nouveau déposé un préavis mercredi dernier et menace de démarrer une grève le dimanche 18 octobre à 22h. De son côté, le syndicat libéral SLFP/VSOA a levé son préavis d'action, estimant que les autorités ont accédé aux requêtes syndicales.

Une réunion avec les syndicats, la direction de l'administration pénitentiaire et un membre du cabinet du ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, est prévue lundi après-midi.

L'objectif est d'aboutir à "une méthode de travail commune compte tenu des mesures sanitaires qui pourront être prises à l'avenir en fonction des instructions générales du comité de concertation". L'administration pénitentiaire a confirmé mercredi dernier que la visite des enfants, la visite hors surveillance (VHS) et la visite à table seraient maintenues, mais dans des conditions strictes et adaptées. Des écrans de plexiglas seront ainsi à nouveau disposés sur les tables.

La direction de l’administration pénitentiaire précise ce lundi que le service minimal ne peut être assuré actuellement dans les prisons de Bruges, Termonde, Gand, Louvain-Central, Malines et Saint-Gilles. La police assure la surveillance dans les prisons de Bruges, Gand, St-Gilles, Forest et Berkendael.

Les plus consultés