"A ce rythme, on pourrait avoir 10 000 nouvelles contaminations par jour d’ici la fin de la semaine"

Les chiffres du coronavirus dans notre pays "augmentent de façon alarmante", a déclaré le virologue Steven Van Gucht lors de la conférence de presse de Sciensano. "Si le rythme des contaminations se maintient, il y aura des jours avec 10.000 contaminations d'ici la fin de la semaine".

Du 2 au 8 octobre, il y a eu en moyenne 4 154 contaminations au coronavirus confirmées chaque jour. "Mercredi dernier, le 7 octobre, nous avons compté 6 505 contaminations confirmées, ce qui est le nombre le plus élevé mesuré jusqu'à présent. Le nombre d'infections a doublé tous les huit jours. Si ce rythme se maintient, , il y aura des jours avec plus de 10.000 contaminations d’ici la fin de la semaine.

"Le groupe 20-29 ans reste le groupe le plus nombreux mais il y a un déplacement progressif vers les groupes plus âgés. Actuellement nous avons, par rapport à la semaine qui précède, un doublement du nombre de cas dans les groupes entre 30 et 70 ans. On avait déjà attiré l'attention la semaine dernière sur le fait que les plus de 90 ans étaient infectés plus fréquemment avec 200 cas dans cette tranche d'âge. Au cours de la semaine qui vient de s'écouler, nous avons atteint 260 cas de positivité."

Les admissions à l'hôpital augmentent également jour après jour. "Nous constatons maintenant un doublement du nombre d'admissions tous les dix jours", dit M. Van Gucht
Samedi dernier, il y a eu 160 nouvelles admissions à l'hôpital tandis qu'entre le 5 et le 11 octobre, les hospitalisations ont continué leur progression, avec une moyenne de 126 admissions quotidiennes (+62%). Il y a un doublement des hospitalisations tous les dix jours.

Il y a désormais 1.329 patients hospitalisés pour le Covid-19 dans les hôpitaux belges, dont 243 sont en soins intensifs. "Cela correspond à 13% de la capacité maximale théorique des lits de soins intensifs. Malheureusement pour de nombreux hôpitaux, à Liège, Bruxelles et en partie à Anvers, il y a entre 15 et 50% d'occupation des lits de soins intensifs. Si nous continuons à ce rythme-là, nous pourrions atteindre les 500 patients d'ici à la fin du mois et 1 000 patients au cours du mois de novembre. Ce qui n'est pas loin du sommet de la première vague". Parmi les patients en soins intensifs, 109 nécessitaient une assistance respiratoire et 11 une oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO).

"Nous sommes tous responsables du ralentissement de la propagation du virus. Le gouvernement a pris des mesures et peut en prendre d'autres si nécessaire. Mais nous avons aussi un impact. Limitez vos contacts rapprochés. Les études montrent que c'est ce qui a le plus d'impact. Cela peut faire la différence entre un pic élevé ou une courbe aplatie".
 

Les plus consultés