Padonak39/Wikimedia Commons/CC BY-SA 3.0

A Louvain, les traces de coronavirus dans l’eau des égouts en disent long sur le taux d’infection dans la ville

D’après des chercheurs de l’Université de Louvain (KU Leuven), l’eau des égouts montre actuellement que les cas de contamination sont en forte hausse dans la ville. Il y a deux mois encore, on ne retrouvait que peu de traces du coronavirus. "Aujourd’hui, quasiment tous les quartiers sont au rouge", remarquent les chercheurs. 

Cela fait depuis déjà plus d’un an que la KU Leuven analyse l’eau des égouts. Les chercheurs y examinent par exemple les traces de drogue, pour ainsi se faire une idée de la consommation de stupéfiants dans la ville. 

Dernièrement, les chercheurs se sont toutefois penchés sur les traces de covid-19. "Depuis deux mois, nous mesurons l’eau de plusieurs quartiers pour voir si on peut détecter le virus", explique le professeur Bert Aertgeerts. "Nous avons remarqué qu’au début, il n’y avait presque rien dans l’eau, et que maintenant, quasi tous les quartiers sont eu rouge. Nous ne pouvons toutefois pas savoir si cela provient des étudiants ou des habitants de Louvain", souligne-t-il. 

La présence du virus dans l’eau des égouts peut aider la ville à réagir plus rapidement face à d’éventuels foyers de contamination. "Nous sommes actuellement en train d’examiner combien de temps à l’avance on peut détecter des traces de coronavirus dans ces eaux. Cela nous permettrait de prévoir les lieux où on peut s’attendre à des infections. Les autorités pourront dès lors agir en prévention dans les quartiers concernés", ajoute Bert Aertgeerts. 

Les plus consultés