Une combattante de l’Etat islamique de retour en Belgique avec trois enfants

Agée de 24 ans et originaire de Vilvorde (Brabant flamand), la jeune combattante de l'Etat islamique (EI) est rentrée jeudi avec ses trois enfants de Turquie, indiquait jeudi soir le parquet de Hal-Vilvorde. Il va à présent s'occuper des trois enfants mineurs de la femme, qui a été conduite en prison.

La jeune femme avait 17 ans quand elle est partie pour la Syrie en 2013 avec Houssien Elouassaki, une figure de proue de Sharia4Belgium. À sa mort, elle s'est remariée avec un homme également originaire de Vilvorde et qui était aussi parti en Syrie en 2013. Un homme dont on n'a aujourd'hui plus de trace et qui pourrait avoir été tué par d'autres djihadistes. Il avait été condamné par défaut à cinq ans de prison lors du procès Sharia4Belgium.

Peu après son départ, le parquet avait déjà poursuivi la jeune mère devant le tribunal de la jeunesse pour participation aux activités d'un groupe terroriste et recrutement de combattants. Comme elle se trouvait en Syrie, aucune mesure ne pouvait toutefois lui être imposée à ce moment-là.

En février 2019, le tribunal correctionnel de Bruxelles l'avait ensuite condamnée par défaut à cinq ans de prison pour avoir rejoint l'Etat islamique. A ses yeux, la jeune femme avait fourni à son mari une aide domestique, avait fondé une famille avec lui et avait élevé et pris soin de leurs trois enfants, ce qui, pour le tribunal, montrait qu'elle s'était activement mise au service de l'Etat islamique.

Pas le premier retour d'une combattante avec enfants

La femme originaire de Vilvorde a eu trois enfants en Syrie, qui ont maintenant 3, 5 et 6 ans. Elle s'est soudainement présentée en leur compagnie aux autorités turques en août et a été placée dans un centre de détention. Elle est rentrée ce jeudi en Belgique.

"Dès son arrivée, elle sera emmenée en prison", explique le parquet de Hal-Vilvorde. "La santé physique et mentale des enfants sera examinée dans un premier temps. Par la suite, un cadre approprié leur sera fourni. Afin de donner à ce cadre toutes ses chances de réussite, il est important de ne pas donner de détails à son sujet. Dans ce contexte, nous invitons les médias à respecter autant que possible la vie privée des enfants, afin que leur retour et leur réintégration puissent se faire en toute sérénité. Comme pour les autres dossiers concernant les mineurs, le parquet de Hal-Vilvorde ne divulguera aucun détail sur les mesures concrètes de protection."

Ce n’est pas la première fois que des combattantes de l’EI ou leurs enfants rentrent en Belgique. Cet été, trois jeunes femmes et leurs enfants avaient atterri à l’aéroport de Zaventem. Elles ont toutes les trois été immédiatement incarcérées.

Les plus consultés