Christophe Licoppe

Peter De Caluwe : "Les protocoles du secteur culturel sont faits pour le code rouge"

L’opéra bruxellois de La Monnaie rouvre ce jeudi soir ses portes au public, pour la première fois depuis le confinement de la mi-mars. Au programme, „Die Tote Stadt” d’Erich Wolfgang Korngold, basé sur le roman „Bruges-la-Morte” de Georges Rodenbach. Il sera donné avec un orchestre réduit, une chanteuse et des danseurs. D’après le directeur musical et intendant de La Monnaie, Peter De Caluwe (photo), les mesures de sécurité sanitaires sont respectées. Selon lui, les protocoles pour le secteur culturel ne sont pas prévus seulement pour une situation en code jaune ou orange, mais bien aussi pour l’éventualité du code rouge.

Ainsi, seuls 568 spectateurs seront admis ce jeudi soir dans la maison d’opéra historique. Ce qui représente la moitié de sa capacité. Tout le monde devra porter un masque et veiller à préserver la distanciation sociale.

"Nous travaillons encore toujours d’après les protocoles qui ont été établis en juin dernier et qui doivent permettre de faire rentrer et sortir le public de la salle d’une façon sûre", indique l’intendant de La Monnaie. "C’est vraiment un système de chargement et déchargement, pour le dire de façon irrespectueuse. Il n’y aura pas de vestiaire, pas d’accès aux toilettes, pas de restauration. La représentation se passera sans entracte, et à la fin de l’opéra le public pourra sortir de la salle rangée par rangée de sièges. C’est un protocole qui a reçu l’approbation des autorités et des virologues".

Jusqu’à présent, les théâtres ne sont pas des foyers d’infection
Peter De Caluwe, intendant de La Monnaie

A la suite de l’augmentation inquiétante du nombre de contaminations dans le pays, les protocoles pour le secteur culturel seront revus ce vendredi, par le Comité de concertation. Cela n’inquiète pas Peter De Caluwe, qui souligne que les protocoles du secteur culturel sont également valables pour une situation en code rouge.

"En ce qui nous concerne, il n’y a pas beaucoup de choses qui vont changer. Dans la société autour de nous les choses changent et nous en comprenons la nécessité. Mais dans notre secteur, les gens sont très disciplinés et respectent les protocoles. Jusqu’à présent, on n’a pas constaté que les théâtres étaient des foyers de contamination".

"Nous pensons que nos protocoles sont valables pour les codes de toutes les couleurs, également celles du baromètre qui a été annoncé. Ai-je peur ? Bien entendu. Car nous avons fait de gros investissements pour pouvoir à nouveau travailler et accueillir du public", concluait Peter De Caluwe.

Les plus consultés