En Flandre aussi, le congé scolaire de Toussaint est prolongé jusqu’au 11 novembre

La Flandre a décidé, à l'instar de la Fédération Wallonie-Bruxelles la semaine dernière, de prolonger les vacances d'automne jusqu'au 11 novembre inclus. La décision a été prise par le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts, en concertation avec le monde enseignant. Le but est de tenter de faire redescendre la courbe des contaminations dans le pays. De son côté, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a opté pour l'enseignement à distance pour tous les élèves du secondaire francophone dès mercredi 28 octobre et jusqu’à vendredi 30 octobre. Une mesure que n’a pas prise le ministre Weyts pour l’enseignement secondaire néerlandophone, estimant que cela causerait trop de problèmes d’organisation aux parents.

En prolongeant les vacances d’automne jusqu’au 11 novembre inclus pour l’enseignement obligatoire, le ministre Ben Weyts - qui explique s'être basé sur "les nouvelles recommandations des virologues" - espère pouvoir maintenir les écoles ouvertes jusqu'aux vacances de Noël. La Fédération Wallonie-Bruxelles, responsable pour l’enseignement francophone, avait déjà décidé la semaine dernière de prolonger les vacances de Toussaint jusqu'au 11 novembre inclus dans l'espoir de limiter la propagation du virus.

Le 12 novembre, les portes des écoles flamandes devront rouvrir, indiquait Ben Weyts, interrogé ce lundi matin dans l’émission "De ochtend" de la VRT (photo archives). Mais du point de vue épidémiologique, n’aurait-il pas été encore mieux de faire suivre les cours à distance, dès ce mercredi 28 octobre, par les élèves des degrés supérieurs de l’enseignement secondaire ? "Cela aurait créé de trop gros problèmes d'organisation pour les parents", a affirmé le ministre flamand de l'Enseignement.

Le gouvernement flamand a choisi de prolonger le congé d’automne de deux jours parce que "les parents ont ainsi deux semaines pour s'organiser". Weyts a souligné que la position prise du côté francophone - le recours à l'enseignement à distance pour les élèves du secondaire dès ce mercredi 28 octobre - relevait de l'autonomie octroyée aux entités fédérées.

Tant les syndicats d'enseignants flamands que les coupoles de l'enseignement catholique et officiel en Flandre, GO! ont salué ce lundi matin la décision prise par le gouvernement du ministre-président Jan Jambon, qui est revenu sur la position encore défendue jeudi par Ben Weyts qui ne souhaitait à l’époque pas prolonger le congé scolaire.

Cours à distance dans le secondaire francophone dès mercredi

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a donc opté pour l'enseignement à distance pour tous les élèves du secondaire de mercredi 28 à vendredi 30 octobre. La mesure s'explique par la situation sanitaire extrêmement préoccupante que connaît le pays, indiquaient le ministre-président Pierre-Yves Jeholet et la ministre de l'enseignement obligatoire Caroline Désir dans un communiqué dimanche soir.

Si le maintien de l'école en présentiel doit rester une priorité, les experts sanitaires s'inquiètent en effet des très mauvais chiffres de contamination dans la société, et par conséquent des cas constatés dans diverses écoles. La mise en place du nouveau scénario permettra, selon le rapport des experts, de mieux contrôler l'épidémie dans les établissements scolaires et de repartir sur de nouvelles bases dans la durée, ajoutait le communiqué.

"Il s'agit bien d'une suspension de la présence physique à l'école pour les élèves du secondaire durant ces trois jours et non d'un congé supplémentaire", souligne la Communauté française. Une rencontre entre la ministre Désir et les acteurs de l'enseignement devait être organisée ce lundi afin de déterminer des modalités plus précises.

Les plus consultés