La Flandre n'exclut pas d'anticiper certaines mesures sanitaires

La Flandre va accélérer la mise en œuvre de certaines des nouvelles mesures sanitaires annoncées mardi soir pour endiguer la flambée des nouvelles contaminations au coronavirus. Le nouvel arrêté ministériel, qui harmonise et actualise les règles à suivre pour l'ensemble du pays, dans le cadre de la pandémie de covid-19 sera publié au Moniteur belge dans le courant de la soirée. 

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) n'exclut pas d'appliquer plus tôt que prévu certaines des mesures anti-corona annoncées mardi soir par son gouvernement et dont l'entrée en vigueur n'était normalement prévue que d'ici vendredi soir, a-t-il indiqué mercredi devant le Parlement flamand.

Il pourrait s'agir de mesures sanitaires pour lesquelles les entités fédérées et le Fédéral cherchent actuellement un consensus, a-t-il ajouté. Si un accord est trouvé, ces mesures seraient alors appliquées "aussi vite que possible, et avant ce qui avait été annoncé".

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a entre-temps fait savoir que les mesures pour lesquelles un consensus a été atteint mercredi seront d'application dès minuit ce soir.

Lors d'un débat d'actualité au Parlement flamand mercredi, Jan Jambon a dû se défendre des attaques des partis d'opposition qui lui ont reproché de n'appliquer les mesures annoncées mardi soir qu'à compter de vendredi 18h00 seulement. "Une perte de temps", ont-ils jugé en chœur.

La cheffe de groupe SP.A Hannelore Goeman s'en est surtout pris à la N-VA. "Encore une fois, la N-VA bloque des mesures anti-corona efficaces". Pour le PVDA, Jos D'Haese a lui dénoncé "le deux poids, deux mesures" pratiqué, selon lui, par le gouvernement qui a ciblé le monde culturel et les sports, préservant les entreprises. Le Vlaams Belang a lui demandé une "attitude juste et conséquente".

Jan Jambon a contré ces critiques, préconisant une application "stricte" de celles-ci. Toute mauvaise volonté en la matière serait criminelle, a-t-il ajouté, réfutant tout retard dans la prise de décisions face à la résurgence de la pandémie.

Devant les députés, il a assuré que les mesures pour lesquelles les entités fédérées seront toutes d'accord pourraient être appliquées rapidement. Pour celles où il n'y a pas de consensus, la Flandre pourra alors se tourner vers les gouverneurs pour qu'ils prennent des mesures, a ajouté Jan Jambon. Il a toutefois plaidé pour que les différents secteurs et associations bénéficient du temps nécessaire pour s'adapter aux mesures sanitaires. "Je suis à vos côtés pour prendre des mesures aussi vite que possible, mais cela doit se faire de manière ordonnée et dans le respect de l'Etat de droit".

Jan Jambon a également jugé positif que certaines communes flamandes aient déjà décidé d'appliquer les mesures sanitaires de manière anticipée. "Cela ne nuit pas à ce que nous sommes en train de faire. Je demande d'ailleurs à la population de limiter ses contacts dès aujourd'hui", a conclu le ministre-président flamand.

Steven Van Gucht : "L'augmentation du nombre d'hospitalisations est plus rapide en Flandre"

Le nombre d'admissions à l'hôpital en raison d'une infection au Covid-19 double tous les huit jours, a indiqué mercredi Steven Van Gucht, porte-parole interfédéral Covid-19, lors du point presse du Centre de crise. L'augmentation la plus rapide est observée en Flandre, avec un doublement tous les six jours, contre neuf jours en Wallonie et à Bruxelles.

La Belgique a par ailleurs dépassé la barre des 11.000 morts des suites du Covid-19 depuis le début de la crise sanitaire. Le lundi 26 octobre, 104 nouveaux décès attribués au coronavirus ont été enregistrés. Le cap des 100 morts en 24 heures n'avait plus été franchi depuis fin avril.

L'arrêté ministériel définissant les nouvelles règles dans le pays sera publié ce soir

Le nouvel arrêté ministériel, qui harmonise et actualise les règles à suivre pour l'ensemble du pays, dans le cadre de la pandémie de covid-19 sera publié au Moniteur belge dans le courant de la soirée. Les mesures entreront en vigueur à minuit, a annoncé la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), mercredi après-midi.

Histoire que chaque Belge sache à quoi s'en tenir, il s'agit bien des règles qui sont valables sur tout le territoire belge et non des mesures qui sont seulement de mise en Flandre, en Wallonie et/ou à Bruxelles, a-t-on précisé au cabinet de la ministre de l'Intérieur.

Ainsi, plusieurs règles sont les mêmes dans les trois Régions, dans les domaines du sport et de la culture. Elles ont été fixées lors de la réunion du comité de concertation, vendredi dernier. Celui-ci avait aussi décidé de la fermeture du secteur horeca, de l'interdiction de la vente d'alcool au-delà de 20h, et de la limitation des contacts étroits à une personne. Mais des différences subsistent.

Les Régions wallonne et bruxelloise ont imposé un couvre-feu à partir de 22h, tandis que le gouvernement flamand maintient jusqu'ici, celui qui avait été fixé précédemment à minuit.

Spécificité urbaine oblige, dixit mercredi le cabinet du ministre-président Vervoort, la Région bruxelloise a imposé le port du masque sur tout son territoire comme elle l'avait fait une première fois en août et n'a pour le moment pas l'intention de changer d'avis sur ce point.

Jusqu'alors plus souple en la matière, la Flandre a adopté mardi soir des dispositions plus restrictives appelées à entrer en vigueur vendredi, à 18 heures, notamment la fermeture de toutes les salles de spectacles et centres culturels.

Les grands événements publics y seront également interdits. Comme au sud du pays, les activités sportives sont en grande partie mises à l'arrêt. Dans le secteur de la jeunesse, tous les activités impliquant des nuitées sont également désormais proscrites. Le sport pour les plus de 12 ans n'est plus permis qu'en extérieur, et par groupe de quatre tout au plus. Les piscines, les centres de fitness, les bowlings devront fermer. Pressé mercredi par l'opposition du parlement flamand, Jan Jambon n'a pas exclu une entrée en vigeur anticipée de certaines dispositions. Il pourrait s'agir de mesures sanitaires pour lesquelles les entités fédérées et le Fédéral cherchent actuellement un consensus, a-t-il ajouté, faisant allusion à la réunion qu'il a eue avec ses homologue wallon et bruxellois ainsi que le Premier ministre. 

Si un accord est trouvé, ces mesures seraient alors appliquées "aussi vite que possible, et avant ce qui avait été annoncé", a-t-il précisé. 

Les plus consultés