Marc Van Ranst rejoint l’appel lancé par plusieurs académiciens en faveur d’un deuxième confinement

Le virologue Marc Van Ranst soutient l'appel lancé par plusieurs responsables académiques et sanitaires pour mettre en place un nouveau confinement afin de freiner la propagation du coronavirus. Pour le moment, rien n'indique que les mesures actuelles produisent déjà des effets, écrit-il jeudi sur Twitter.

Le recteur de l'Université de Gand, Rik Van de Walle, pense qu'il faut mettre en place un lockdown. "Faire les choses à moitié mène au drame", a-t-il tweeté.

De son côté Dirk Devroey, professeur en médecine généraliste et vice-doyen de la faculté de médecine et de pharmacie à la Vrije Universiteit Brussel (VUB) appelle le gouvernement fédéral à ne plus attendre et à mettre en place un nouveau confinement le plus tôt possible. "C'est une tragédie jamais vue qui nous attend si nous ne fermons pas toutes les portes très bientôt", prévient Dirk Devroey.

"Nous devons passer à un système avec des accents comme lors du premier lockdown", ajoute Marc Van Ranst. Selon lui, les mesures actuelles n'ont pas entraîné de perspectives d'amélioration. "Les déplacements non essentiels devraient être interdits, comme en France. Les écoles peuvent rester ouvertes en ce qui me concerne, elles pourront souffler grâce à l'allongement des vacances d'automne."

Le virologue évoque également la fermeture de certains magasins, tout en laissant ouverts les parcs et les plaines de jeux.

"Le mois dernier, j'ai à nouveau utilisé le terme de lockdown pour la première fois", poursuit-il. "Ces chiffres ne sortent pas de nulle part. Ce sont des circonstances exceptionnelles, nécessitant des décisions exceptionnelles et des personnes exceptionnelles."
 

Les plus consultés