Une minute de silence à la Chambre en hommage aux victimes de l’attentat de Nice

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a condamné l'attentat perpétré jeudi matin à Nice (France). Interrogé à la Chambre, il a déclaré que "l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) était actuellement occupé à évaluer la situation (chez nous ndlr)". "J'ai donné l'ordre aux services de renseignement et de sécurité de formuler un avis au gouvernement pour qu'il agisse rapidement si une protection supplémentaire s'imposait", a-t-il ajouté.

La séance plénière de la Chambre avait débuté par une minute de silence en hommage aux victimes de l'attaque au couteau de Nice.

"Il est un devoir élémentaire et un impératif de nature morale que notre assemblée dénonce encore et toujours les idéologies qui contribuent à engendrer autant de souffrances et de crimes", a déclaré la présidente de la Chambre Eliane Tillieux (PS).

Alexander De Croo a de son côté souligné qu'il était aux côtés de la France dans la lutte contre le terrorisme. "Nous n'accepterons jamais l'utilisation de la violence dans notre société."
 

Indignation dans le monde après l'attentat de Nice

L'attaque au couteau qui a fait trois morts jeudi dans une église de Nice (sud-est de la France) a suscité réprobation et indignation dans le monde, de nombreux pays exprimant leur solidarité avec la France.

Le Premier ministre Alexander De Croo a condamné jeudi l'attentat perpétré à Nice.
"Mes plus sincères condoléances aux familles des victimes de l'attentat de Nice. Notre pays condamne avec la plus grande fermeté toute forme de terrorisme et de violences extrémistes. Nous sommes encore plus déterminés à protéger nos valeurs et nos libertés", a-t-il déclaré sur Twitter.

Les plus consultés