VKA

La situation se dégrade aussi dans les maisons de repos

À l'image des hôpitaux du pays, qui tirent le sonnette d'alarme face aux patients toujours plus nombreux à prendre en charge et à une diminution rapide du nombre de lits disponibles, le nombre de contaminations augmente également parmi les résidents et le personnel des maisons de repos et soins.

En Flandre, plus de 3.000 membres du personnel des maisons de repos sont absents pour cause de maladie, relevait ce jeudi la directrice générale de la coupole néerlandophone Zorgnet-Icuro, Margot Cloet. "Remplacer du personnel hospitalier et des soins à domicile, comme lors de la première vague en mars et avril, n'est désormais plus possible."

De plus, le nombre de décès survenus en maison de repos augmente de jour en jour, déplore l'administrateur délégué du réseau indépendant du secteur des soins flamand (Vlozo), Peter Marquebreuck. "Alors que les décès tournaient autour de deux à sept il y a une semaine, nous en déplorons ici 13, là 19 ou même 32 cas après le week-end."

"La situation n'est pas dramatique partout" mais "les établissements qui manquent gravement de personnel se retrouvent effectivement noyés", ajoute l'Union des villes et communes flamandes (VVSG), responsable des maisons de repos publiques. "Heureusement, ce n'est pas le cas partout. Les institutions où la situation est meilleure font tout ce qu'elles peuvent pour empêcher de nouvelles infections."

La VVSG réitère toutefois son appel à permettre aux étudiants en soins infirmiers d'apporter leur aide dans les maisons de repos sans se voir lésés dans leurs droits sociaux.

En Wallonie, près de 2.600 résidents des maisons de repos et des maisons de repos et de soins, sur quelque 50.000, étaient positifs au nouveau coronavirus en date du 26 octobre, soit environ 5%. En outre, sur les 40.000 personnes qui travaillent dans ces MR/MRS, 1.930 étaient écartées à la même date, c'est-à-dire également environ 5%.

Les plus consultés