Une commission de neuf experts définira le "canon" de la Flandre

Le gouvernement flamand a clôturé ce vendredi la liste des neuf experts qui devront définir ce que sera le "canon flamand". Il s’agit d’une liste de "points d’ancrage" de la culture et de l’histoire de Flandre "qui caractérisent la Région en tant que nation européenne" et que les élèves et nouveaux arrivants devront connaitre, avait précisé Bart De Wever (N-VA) en août 2019.

"Le travail (de définition) du canon flamand peut maintenant commencer", a déclaré ce vendredi le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA), dans un communiqué. Cette commission de neuf experts, présidée et constituée par le professeur d'histoire Emmanuel Gerard (photo principale) à la KU Leuven, devra remettre ses conclusions d'ici octobre 2022.

Elle avait été mise sur pied en 2019 par le gouvernement flamand dirigé par le ministre-président Jan Jambon (N-VA), fortement inspiré par son président de parti et bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever. L'accord de coalition réunissant la N-VA, Open VLD et le CD&V fait référence à une "liste de points d'ancrage de notre culture, histoire et sciences flamandes" établie par des experts indépendants. Ce canon serait ensuite utilisé à la fois dans les processus d'éducation et d'intégration.

Le comité d'experts mis sur pied par l'historien Emmanuel Gerard (KU Leuven), compte huit autres experts. Gerard avait reçu la mission, en septembre dernier, de former un groupe "pluraliste" dont les personnes puissent représenter des groupes d’intérêts culturels et sociaux différents, mais aussi un groupe "interdisciplinaire" représentant différentes disciplines scientifiques. Le professeur Gerard s’est exécuté : sa commission comporte quatre femmes et cinq hommes.

Qui sont les experts ?

Emmanuel Gerard est historien et professeur émérite à la faculté des Sciences sociales de la KU Leuven. Il s’est spécialisé dans l’histoire du monde catholique, la décolonisation du Congo belge, la question royale et la Guerre froide. Il a aussi été l’un des experts de la Commission d’enquête parlementaire sur l’assassinat du Premier ministre congolais Patrice Lumumba.

Kevin Absillis (photo) est professeur de littérature néerlandaise à l’Université d’Anvers. Ses recherches se concentrent sur la littérature flamande et l’interaction entre celle-ci et les stéréotypes culturels.

Wim De Clercq est professeur d’archéologie historique à l’Université de Gand. Il étudie le passé via les paysages, la culture matérielle et les courants humains.

Jan Dumolyn est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Gand. Il s’est spécialisé dans l’histoire des Pays-Bas du sud du Moyen-âge tardif, avec l’accent sur l’histoire des villes et des classes populaires.

Tinneke Beeckman (photo) est philosophe, écrivaine et éditorialiste. Entre 2003 et 2012, elle a fait des recherches de post-graduat à l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles (VUB) et a cordonné le centre pour l’étude du Siècle des Lumières et de l’humanisme contemporain.

Frank Willaert est professeur émérite de littérature néerlandaise ancienne à l’Université d’Anvers et vice-président de l’Académie royale de la langue et de la littérature néerlandaises. Il est expert en littérature néerlandaise médiévale et publie avant tout des ouvrages sur le mysticisme et le lyrisme.

Hind Fraihi est journaliste et éditorialiste (photo avec le roi Philippe). Elle s’est avant tout fait connaître avec son ouvrage "Infiltrée parmi les islamistes radicaux", réalisé en 2005 dans les milieux radicalisés de la commune bruxelloise de Molenbeek. Cette année académique, elle est titulaire de la chaire humaniste Willy Calewaert à la VUB.

Katlijne Van der Stighelen est professeur d’histoire à la KU Leuven. Elle publie des ouvrages sur l’art pictural baroque anversois, sur le genre des portraits, sur le phénomène du dilettantisme féminin, ainsi que sur les artistes féminines historiques et contemporaines.

Enfin Cathérine Verleysen est directrice générale ad interim du Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK). Elle a publié des ouvrages sur l’art moderne belge et flamand, sur les relations artistiques entre la France et la Belgique entre 1880 et l’Entre-deux-guerres, mais aussi sur les liens entre la littérature et les arts plastiques et sur l’art religieux contemporain.

Les neuf experts auront deux ans pour définir le canon de Flandre. Ils peuvent consulter des experts externes à ce sujet. Le comité formulera également des recommandations sur l'application du canon et sur l'évaluation future. "Le professeur Gerard a réussi à mettre sur pied une commission solide et équilibrée", a souligné Ben Weyts.

Les plus consultés