Nicolas Maeterlinck

Risque accru de grippe aviaire : les éleveurs doivent protéger leur volaille

Sur recommandation de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), le ministre fédéral de l'Agriculture David Clarinval a pris la décision de renforcer les mesures de prévention pour contrer la grippe aviaire de type H5 à partir de ce 1er novembre. Plusieurs cas de cette grippe aviaire hautement pathogène ont été identifiés aux Pays-Bas, chez des oiseaux sauvages, mais aussi dans des exploitations de volailles. L'Afsca met donc en garde les éleveurs de volailles contre la possibilité d'un retour de la grippe aviaire en Belgique.

Dès dimanche, les volailles provenant d'éleveurs professionnels, à l'exception des ratites, devront être enfermées ou protégées à l'aide de filets. Les détenteurs amateurs devront nourrir et abreuver leurs volailles à l'intérieur ou protégées par des filets. Il sera interdit d'abreuver les volailles avec de l'eau provenant de réservoirs d'eau, de l'eau de surface ou de la pluie accessible aux oiseaux sauvages.

Ces mesures sont destinées à empêcher les volailles des exploitations professionnelles et de loisirs d'entrer en contact avec des oiseaux sauvages infectés par le virus de la grippe aviaire, explique l'Afsca. L'Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire demande à tous les éleveurs de volailles, hobbyistes et autres acteurs impliqués, d'appliquer strictement ces mesures de biosécurité. "Il est important qu'ils contactent leur vétérinaire s'ils constatent une mortalité élevée dans leur cheptel ou tout autre symptôme de la maladie", ajoute l’Afsca.

Le consommateur n'encourt de son côté aucun risque. La viande et les œufs de poules peuvent être consommés en toute sécurité. Le ministre de l'Agriculture, David Clarinval (photo), a déclaré qu'il tenait à préserver au maximum les éleveurs de volailles professionnels ainsi que les hobbyistes. "C'est la raison pour laquelle, avec l'Afsca, nous avons décidé de prendre les devants par rapport à cette menace qui est à nos frontières et qui pèse potentiellement sur notre pays en passant en période de risque accru".

Les plus consultés