La Belgique se reconfine, tout en tentant d’éviter l'isolement social

Notre pays est entré ce dimanche à minuit dans un nouveau confinement, moins restrictif que le premier du printemps passé, destiné à briser la seconde vague de coronavirus et éviter à tout prix l’engorgement total des hôpitaux et l’écroulement des soins de santé. Le gouvernement fédéral indique cependant encore trois autres priorités : permettre la poursuite des activités économiques, garder les écoles ouvertes à un maximum d’élèves et éviter l'isolement social. Contrairement au premier confinement, le bien-être mental de la population figure aussi en priorité à l’agenda des décideurs politiques.

Les nouvelles mesures - qui sont celles "de la dernière chance" selon les mots du Premier ministre Alexander De Croo vendredi dernier - sont prévues pour durer six semaines, en principe jusqu'au 13 décembre. Elles passent par la fermeture des commerces jugés non-essentiels, mais avec une spécificité par rapport au confinement du printemps: tous ces commerces peuvent organiser des retraits de marchandises à leur porte, sur rendez-vous, ou livrer à domicile. Pour éviter une concurrence déloyale, les supermarchés doivent en outre limiter leur offre aux produits disponibles dans les magasins essentiels.

On notera aussi que les librairies, bibliothèques, ludothèques et médiathèques restent ouvertes, au contraire des centres culturels et des cinémas, ou des parcs d'attractions et animaliers. Les professions de contact non-médicales comme les salons de coiffure ou de beauté doivent aussi garder portes closes.

Klaus Vedfelt / Getty

Aucune restriction n'est mise à la libre circulation sur les routes, de sorte que l'on puisse aller se balader même à grande distance dans le pays. Tout rassemblement à l'extérieur n'est pas non plus interdit, pour autant qu'il se limite à 4 personnes dans le respect des règles sanitaires.

Au domicile, chaque membre d'une famille a droit à un contact rapproché (mais les familles ne peuvent inviter qu'un seul de ces contacts rapprochés à la fois). Et une exception est aussi prévue pour les personnes seules: à côté de leur contact rapproché, elles peuvent inviter une autre personne ... mais pas les deux en même temps.

A l'école, les cours ne sont pas suspendus. Mais les vacances d'automne, en ce congé de Toussaint, auront duré deux semaines au lieu d'une, jusqu'au 15 novembre. Dès le 16, les élèves à partir de la 3e secondaire suivront partiellement les cours à distance.

D'autres restrictions touchent les mariages, les enterrements, les services religieux, les activités sportives, notamment. Le télétravail est obligatoire, dans les domaines où il est possible. Disant tirer les leçons du premier confinement, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a plusieurs fois insisté sur la nécessité d'éviter l'isolement social. Plus que jamais, la recommandation de "veiller sur les autres" est à l’ordre du jour.

Les six semaines seront-elles suffisantes pour briser la seconde vague ? Le ministre de la Santé publique Vandenbroucke indiquait ce dimanche, sur le plateau TV de la VRT, espérer pouvoir permettre aux familles de fêter Noël. Mais il juge très peu probable que ce puisse être une fête traditionnelle avec la famille étendue, cette année.

Même si les chiffres devaient permettre un assouplissement, des efforts seront toujours nécessaires par après. Les fêtes de fin d'année ne passeront pas comme d'habitude, ont déjà averti les ministres. Quant au Premier ministre Alexander De Croo, il avait déjà évoqué un effort de longue haleine ("un marathon"), qui devra se poursuivre sans doute jusqu’aux vacances d’été 2021.

Les plus consultés