Pendant le confinement, les logements à louer ou à vendre ne pourront être visités

Les mesures de confinement renforcé, qui entraient en vigueur ce lundi 2 novembre en Belgique, ne permettent pas aux agents immobiliers d’organiser des visites sur les lieux pour les candidats à la location ou l’achat d’un logement. C’est ce qu’a confirmé le ministère à l’Economie. Le Centre de crise renvoie aussi à l’avis du ministère.

Pendant le confinement du printemps dernier, les visites "physiques" de biens à louer ou à vendre n’avaient pas non plus été autorisées. Dans l’arrêté ministériel publié dimanche à propos des mesures renforcées pour lutter contre la propagation du coronavirus et l’engorgement des hôpitaux pareilles visites organisées par les agents immobiliers ou les propriétaires des biens ne sont effectivement pas reprises parmi les services essentiels.

Les notaires comptent par contre bien parmi les services qui peuvent demeurer en activités "physique" pendant le confinement. Quoi qu’il en soit, les visites virtuelles sont autorisées, qu’elles soient organisées par un agent immobilier ou un particulier.

L'Institut des agents immobiliers (IPI) n’est pas satisfait et déclare ne pas pouvoir déduire de l’arrêté ministériel l’interdiction de visites physiques de biens à louer ou à vendre. Une zone de flou subsiste selon la fédération sectorielle dans l'arrêté. L'IPI avait déjà annoncé à ses membres qu’ils pourraient organiser des visites sur place.

"Il manque une communication officielle du ministre qui confirme que les visites physiques sont interdites", concluait le porte-parole de la fédération, qui organisait ce lundi une réunion d’urgence.

Les plus consultés