Enquête terminée : pas de moustique porteur de la malaria retrouvé à Kampenhout

L'Institut de médecine tropicale (IMT) n'a découvert aucun moustique porteur de la malaria à Kampenhout. Il vient de l’annoncer ce mercredi, après avoir terminé son enquête sur le terrain. Elle avait été ouverte après le décès de malaria, fin septembre, d'un couple résidant dans cette commune du Brabant flamand. Ce dernier n'avait ni voyagé ni été en contact avec des personnes ayant transité par un pays où le parasite à l'origine de la maladie circule. L'hypothèse selon laquelle les deux Belges ont été infectés par un moustique transporté par avion à l’aéroport de Melsbroek ou celui de Zaventem semble donc se confirmer.

Selon l'Agence flamande des soins de santé, un seul autre cas de transmission du paludisme a été enregistré sur le sol belge en 2014, mais c'est la première fois que des personnes sont mortes de la malaria après avoir été infectés en Belgique.

Des chercheurs de l'Institut de médecine tropicale (IMT) se sont donc rendus à Kampenhout afin d'analyser les espèces de moustiques présentes dans la commune, ainsi que les larves, et tenter de détecter l'éventuelle présence de moustiques anophèles, qui peuvent transporter le parasite causant la malaria. La variante du paludisme dont le couple est mort n'est généralement transmise que par ces moustiques exotiques.

L'enquête de terrain n'a mis au jour aucun de ces insectes. Deux moustiques indigènes, un adulte et une larve, ont bien été découverts, mais ils n'étaient pas porteur du parasite nuisible. "Nous pouvons en conclure qu'il n'y a pas - ou du moins pas de grande - population de moustiques anophèles, susceptibles de propager la malaria", a souligné Wim Van Bortel de l'IMT. "Nous n'avons pas non plus trouvé trace d'une transmission locale de la malaria via des espèces indigènes."

Le couple brabançon est donc décédé à la suite de la piqûre d'un moustique isolé, importé en Belgique par avion. "Le risque d'une transmission locale de la malaria dans notre pays reste dès lors extrêmement faible. Il est toutefois important de rester attentif aux cas de moustiques exotiques importés en Belgique", a conclu Wim Van Bortel.

Les plus consultés