Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

La presse flamande prudente sur la victoire de Biden : "le chantier est énorme" et "l’ombre de Trump plane"

Dans leurs éditoriaux du jour, plusieurs journaux flamands reviennent sur la victoire du candidat démocrate à la présidence américaine, Joe Biden. Les commentaires abondent souvent dans le même sens : le nouveau président des Etats-Unis a énormément de pain sur la planche, alors que l’ombre du républicain Donald Trump ne disparaîtra pas dans l’immédiat. 

Les médias flamands soulignent pour la plupart "l'immense chantier" dont hérite le 46e président des Etats-Unis. "Après quatre ans de pouvoir envers et contre tous incarné par Donald Trump, les Etats-Unis auront besoin d'un président rassembleur", écrit De Morgen

Pour Het Nieuwsblad, "la bataille est finie. L'ère Trump n'aura finalement duré que quatre ans. Mais l'onde de choc qu'elle a provoquée sur l'échiquier politique risque de produire des secousses pendant longtemps encore". Il incombe désormais à Joe Biden de "faire la différence pour l'Américain ordinaire", estime le quotidien. 

De Tijd énumère les défis qui se profilent pour l'ancien Vice-Président de Barack Obama, parmi lesquels la pandémie de coronavirus et les difficultés économiques, dans "un contexte politique difficile" sur lequel continue de planer l'ombre de Donald Trump. 

Le Belang van Limburg abonde dans ce sens. Le monde n'est pas encore débarrassé de Trump, signale le quotidien, modérant tout enthousiasme pour la victoire démocrate. "Les démocrates revendiquent la victoire de leur président, mais il n'a pas été question de vague bleue. Malgré les scandales qui ont émaillé les années Trump, le parti républicain a plus que survécu", conclut-il.

Le "soulagement" après "la pire présidence"

"Libération", fin de "la pire présidence de l'histoire américaine", "immense soulagement" : même si Joe Biden ne représente pas "le symbole le plus évident du renouveau", plusieurs médias francophones saluent l'élection du démocrate à la présidence des Etats-Unis. Ils pointent aussi l’immense travail qui attend le nouveau président. 

Sur son site internet, Le Soir souligne la longue "période de résistance" et le combat mené par les citoyens américains qui ont voté en masse pour Joe Biden. Le journal décrit un "immense soulagement" partagé par un grand nombre de citoyens et de dirigeants dans le monde. "Comme si on prenait seulement la mesure de la souffrance qu'il y a eu à se réveiller chaque matin avec des tweets, et ces 140 signes exprimant la haine, l'égocentrisme, la vulgarité, les mensonges mais surtout une sorte de folie au quotidien venue de la plus grande puissance mondiale, où tout semblait permis, contre tout qui et quoi était dans le chemin." 

La Libre Belgique évoque pour sa part la fin de "la pire présidence de l'histoire américaine", un résultat qu'une majorité d'Américains espérait "sans toujours oser y croire". S'appuyant sur "la simple observation des faits", le quotidien explique que Donald Trump s'est montré "incroyablement ignorant et incompétent". "Il a pourtant fait preuve d'un orgueil et d'un narcissisme hallucinants", ajoute-t-il. "Il n'a cessé de mentir, sur tout et sur rien, gonflant ridiculement son bilan et exagérant son ardeur au travail".

Pourtant, Donald Trump n'a pas surgi de nulle part en accédant à la fonction suprême en 2016, écrit Le Vif/L'Express. "Il a incontestablement représenté une frange des Américains qui longtemps, n'a pas eu voix au chapitre face au mantra ressassé de la dérégulation économique et de la mondialisation heureuse." 

L'ampleur de la tâche de Joe Biden, qui devra réunir les deux parties du pays qui ont rompu et se défient, n'en sera que plus grande, soulignent les médias francophones. "Il faudra poser des actes, pas seulement changer de ton et de vocabulaire", analyse Le Soir. La Libre Belgique ajoute que Biden devoir refaire tout ce qui a été défait, puis relancer, créer, innover. Il devra surtout apaiser, rassembler, réconcilier." Rarement un président des Etats-Unis aura préparé l'entame de son mandat dans un environnement aussi délétère, remarque aussi Le Vif/L'Express. "Le chantier est gigantesque."

Les plus consultés