Grâce à l’interconnexion ALEGrO, le courant passe entre la Belgique et l’Allemagne

La prise est désormais branchée entre la Belgique et l'Allemagne : ALEGrO, cette interconnexion électrique de 90 kilomètres entre les deux pays, a été inaugurée lundi, en présence notamment de Tinne Van der Straeten (Groen), ministre belge de l'Energie et Armin Laschet, ministre-président de Rhénanie du Nord-Westphalie, réunis pour l'occasion à Aix-la-Chapelle. La fin du chantier, incluant une phase de testing, s'est déroulée selon le calendrier initialement prévu, malgré la pandémie de Covid-19.

Le projet ALEGrO a nécessité deux ans de travaux et un investissement de 500 millions d'euros. Il constitue un maillon indispensable de la construction d'un réseau européen intégré, la Belgique étant déjà interconnectée avec le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas.

Grâce à la collaboration entre Elia (gestionnaire du transport d'électricité en Belgique) et Amprion (pendant allemand), cette liaison - dont 49 kilomètres de câbles souterrains traversent le territoire belge - permet désormais aux deux pays de s'échanger 1 GW d'électricité additionnelle, soit l'équivalent de la consommation électrique d'une ville d'un million d'habitants ou la production d'une centrale nucléaire.
 

Important pour intégrer les différentes sources d'énergie renouvelable dans le réseau

Concrètement, "les 90 km de lignes électriques HVDC relient les stations de conversion de Lixhe (Belgique) et d'Oberzier (Allemagne). Ces deux stations permettront de convertir le courant continu (DC), utilisé pour la ligne de l'interconnexion, en courant alternatif (AC), qui constitue 98% du réseau belge.

Le courant continu permettra, dans un sens ou dans l'autre, le transport de grandes quantités d'énergie sur une longue distance", détaille Elia.

Cette infrastructure vise à renforcer la sécurité d'approvisionnement mais également à intégrer les différentes sources d'énergie renouvelable dans le réseau, tout en offrant la convergence des prix à l'avantage des consommateurs. Ces derniers bénéficieront d'une énergie produite au meilleur coût.

"Nous accueillons avec enthousiasme ce projet qui nous prépare pour le futur (...). Ce sera une ère post-Covid dans laquelle l'Europe deviendra le premier continent neutre en carbone d'ici 2050, grâce au Green Deal. Le projet ALEGrO marque une étape importante dans le développement d'un avenir commun pour nos deux pays. Une politique climatique ambitieuse va de pair avec la transition vers un système énergétique durable, se détachant du nucléaire et misant intensément sur les sources d'énergie neutres en carbone", a commenté Tinne Van der Straeten (Groen).

Une meilleure distribution de l'énergie éolienne durant les pics et les creux

Un enthousiasme partagé par Alexander De Croo Open VLD), Premier ministre belge: "Comme tout le monde le sait, l'Allemagne et la Belgique ont posé les mêmes choix stratégiques en termes de production d'électricité: sortir du nucléaire et miser intensément sur les sources d'énergie neutres en carbone. ALEGrO forme le maillon entre ces deux stratégies. Il permettra une meilleure distribution de l'énergie éolienne durant les pics et les creux. Ce projet est particulièrement important dans le sens où il relie notre pays à une région telle que la Rhénanie du Nord-Westphalie, dans le peloton de tête allemand en matière de production éolienne", a souligné le Premier ministre belge dans un message vidéo.

L'exploitation commerciale d'ALEGrO devrait démarrer le 18 novembre.
 

Les plus consultés