Radio 2

Des petites croix avec un coquelicot apposées devant les tombes de soldats britanniques à Ypres

A cause de la crise sanitaire, les Britanniques ne peuvent pas se rendre dans les cimetières militaires du Westhoek, cette année, pour rendre hommage à leurs morts tombés lors de la Première Guerre Mondiale. Pour que les tombes soient tout de même fleuries, Natasja Feliers, propriétaire de l'hôtel Ariane à Ypres (Flandre occidentale), a décidé de placer des petites croix en bois avec un coquelicot sur les tombes des soldats. "Chaque année, de nombreux Britanniques viennent ici, mais cette année ils ne peuvent pas le faire et les cimetières sont déserts".

Les nombreux cimetières militaires du Westhoek sont parfaitement entretenus par la Commonwealth War Graves Commission. Mais cette année personne ne viendra rendre hommage aux nombreuses victimes. L'hôtel Ariane à Ypres qui en cette période reçoit habituellement de nombreux clients britannique est resté fermé, mais le personnel a proposé à ses clients de mettre à leur place une petite croix en bois avec un coquelicot, sur la tombe d’un membre de leur famille tombé au combat.

"Pour nous, la date de l’Armistice ressemble toujours à une sorte de Noël à l'avance", dit Natasha Feliers de l'hôtel Ariane. "Tous nos clients qui passent la nuit ici avec nous le font depuis 23 ans. C'est donc toujours une heureuse réunion avec une atmosphère très particulière".

L'hôtel Ariane avait déjà commencé l'année dernière cette initiative d’apposer des croix pour ceux qui ne pouvaient pas venir en personne. "Mais maintenant, à cause de la crise du coronavirus, ça c'est bien sûr généralisé ! Les gens peuvent s'inscrire en ligne. 210 formulaires ont déjà été remplis pour commémorer des soldats spécifiques. Nous enverrons également à tous une photo de la croix et de la tombe".

Natasha Feliers et ses collègues sont prêts à le faire dans tous les cimetières de la région d'Ypres. Mais ils ont également reçu des demandes pour des tombes situées juste de l'autre côté de la frontière en France. "Ce sera fait mais après l'Armistice, lorsque nous pourrons à nouveau nous rendre en France."
 

Des Britanniques fidèles et reconnaissants

L'hôtelier ressent beaucoup de gratitude de la part de ses clients britanniques. "Ils nous sont très reconnaissants. Ces Britanniques sont des habitués et donc très fidèles. Mais cette fois-ci, nous avons vraiment des réactions enthousiastes de la part de tout le monde. Les passants et les guides nous font même savoir qu'ils veulent nous aider. Le Brexit est très loin de nos préoccupation pour le moment. Je suis certaine que tout le monde va relativiser le Brexit après la crise du coronavirus", conclut Natasha Feliers.

Radio 2

Les plus consultés