Le comité de concertation maintient les mesures en vigueur : "La situation sanitaire reste grave"

Réuni ce vendredi après-midi pour évaluer la situation sanitaire après deux semaines de confinement renforcé, le comité de concertation a décidé de maintenir les mesures actuellement en vigueur pour endiguer la deuxième vague de la pandémie de Covid-19. Le gouvernement fédéral et les exécutifs des Communautés et Régions relèvent de "légères améliorations", notamment dans la diminution des nouvelles contaminations et des hospitalisations, mais estiment que "la situation reste particulièrement grave".

Le pays est toujours en "situation d'urgence sanitaire", indique un communiqué envoyé par le Premier ministre, Alexander De Croo (photo principale, au centre), ce vendredi. Si le nombre de contaminations est en légère baisse, le virus demeure largement répandu, affichant une incidence cumulée en 14 jours de 1.232 contaminations confirmées par 100.000 habitants par jour, selon des chiffres de jeudi. 

La situation dans les hôpitaux est jugée "contrastée". Alors que le nombre de nouvelles hospitalisations et le nombre total de patients hospitalisés reculent légèrement, le nombre de patients Covid aux soins intensifs est stable depuis la semaine dernière. Le nombre de décès augmente avec une moyenne de 200 par jour la semaine passée. Les extrapolations de l'incidence et des hospitalisations indiquent que, dans les deux semaines à venir, toutes les provinces se trouveront toujours en phase 4 d'alerte Covid, précise le Premier ministre. 

Une nouvelle échéance attend le pays lundi avec la réouverture des écoles après deux semaines de congé pour les élèves. Une "extrême prudence" reste de mise, juge le comité de concertation.

Prochaine évaluation le 27 novembre

L'annonce du maintien des mesures n'est pas une surprise. Le 30 octobre, lors de sa précédente réunion, le comité avait décidé de passer en "confinement renforcé" et pris des mesures valables en principe jusqu'au 13 décembre. Une évaluation de la fermeture des commerces était toutefois prévue aux alentours du 1er décembre. 

Le comité de concertation se réunira à nouveau le 27 novembre et c'est peut-être à ce moment-là qu'un assouplissement sera envisagé pour les fêtes de fin d'année. A cette date, il sera possible d'avoir un certain recul à l'égard de la réouverture des écoles et de son effet sur les chiffres de l'épidémie. Mais pour l'instant les experts (notamment virologues) estiment que les fêtes de fin d'année ne pourront être fêtées qu'en cercle familial restreint. 

Une conférence interministérielle de la santé devrait par ailleurs se pencher ce samedi sur le "testing", et mercredi sur la vaccination.

Les plus consultés