Ineos

Suspension de permis pour le projet d’usine de plastique dans le port anversois

La juridiction administrative flamande en charge des permis d'environnement a suspendu ce vendredi celui qui avait été délivré fin octobre par la ministre de l’Environnement et de l’Energie Zuhal Demir pour le déboisement de plusieurs terrains dans le port d'Anvers. Ceci devait permettre le vaste projet d’investissement "Project One" du groupe chimique britannique Ineos, pour un montant d’environ 5 milliards d’euros.

La juridiction administrative flamande a ainsi donné provisoirement raison à quatorze associations qui avaient engagé un recours en extrême urgence contre l'octroi de ce permis par la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), le 28 octobre dernier. Le "Raad voor Vergunningsbetwistingen" (Conseil du contentieux des permis) a pointé du doigt l'absence d'analyse suffisante des effets que le projet aurait sur l'environnement une fois envisagé dans sa totalité. 

Le projet d'Ineos, baptisé "Project One", consiste à construire de nouvelles installations pour la production d'éthylène et de propylène. Cela passerait cependant par la destruction de 56 hectares de bois. En novembre dernier, la Députation d'Anvers avait octroyé un permis d'environnement pour des travaux préparatoires. 

Après le recours d'associations de protection de l'environnement contre le projet, le dossier est passé au niveau flamand. La ministre Demir s'était basée sur un avis conditionnel favorable de la commission régionale compétente pour octroyer un permis en octobre. "Comme le terrain est situé en zone portuaire, destinée à l'industrie, on peut déboiser pour permettre les activités économiques supplémentaires", avait-elle alors justifié.

Réactions divergentes

Zuhal Demir a indiqué ce vendredi attendre la décision au fond. Dans les rangs du parti écologiste flamand Groen! , dans l'opposition en Flandre, on s'est réjoui de la nouvelle du jour. "Être autorisé à abattre des arbres sans savoir si une usine pourra y être construite était trop fou", déclarait Mieke Schauvliege. Groen s’oppose de longue date au projet d’Ineos dans le port anversois, pour des raisons environnementales.

Quant à l’entreprise chimique britannique, elle se dit déçue, tout en soulignant qu’il s’agit d’une décision provisoire. Dans l’attente du jugement définitif, Ineos travaille aux prochaines demandes de permis, pour la construction des installations.

Les plus consultés